Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"

Le couvre-feu est utile pour ne pas surcharger les urgences de l'hôpital de Nice (infectiologue)

-
Par , France Bleu Azur

L'infectiologue Eric Cua assure que tout est fait pour maintenir l'activité habituelle du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nice malgré la hausse du nombre de cas de patients hospitalisés pour COVID-19. Pour lui, le couvre-feu peut éviter la saturation des lits de réanimation.

chiffres ARS COVID illustration
chiffres ARS COVID illustration

Pour l'instant, la situation à Nice est tendue au CHU assure sur France Bleu Azur l'infectiologue Eric Cua. "Le week-end dernier ... nous avons fait évacuer des patients sur les hôpitaux de Cannes et de Monaco".

Le service de réanimation de l'hôpital l'Archet, spécialisé en infectiologie, est rempli à 80 % de malades COVID-19 et celui de l'hôpital Pasteur 2 qui accueille toutes sortes de malades de chirurgie accueille entre 30% et 40% de patients COVID-19. 

Moins de déplacements la nuit = moins de jeunes accidentés

Le couvre-feu est une mesure qui a un avantage estime le spécialiste. "la première conséquence est de faire baisser le nombre de véhicules en circulation et donc le risque d'accidents ... et par exemple on devrait avoir moins de jeunes alcoolisés et accidentés qui se retrouvent en réanimation". 

Maintenir les interventions chirurgicales à Nice

L'autre inquiétude des médecins hospitaliers selon Eric Cua est liée au maintien d'un maximum d'activités car "il ne faudrait pas se retrouver en manque de lits de réanimations qui sont indispensables pour les actes lourds en chirurgie."

Le taux d'incidence pour les Alpes Maritimes au 23 octobre 2020 est de 167 pour 100 000 habitants selon l'Agence Régionale de Santé (ARS).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess