Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le dépistage du cancer du sein continue malgré le covid" rappelle le Dr. Sofio de la Ligue contre le cancer

-
Par , France Bleu Limousin

Ce 1er octobre commence Octobre Rose. C'est la 27ème campagne ainsi nommée de lutte contre le cancer du sein qui touche une femme sur huit. Le docteur Gérard Sofio, vice président de la Ligue contre le cancer en Haute Vienne était l'invité de France Bleu Limousin ce jeudi pour en parler.

Photo illustration
Photo illustration © Radio France - Guillemette Franquet

Organisée par l'association Ruban Rose et la Ligue contre le cancer, Octobre Rose a pour vocation surtout de sensibiliser l'opinion au risque de cancer du sein. "Le cancer du sein continue ses ravages" rappelle le docteur Sofio. D'où l'importance même en ces temps de Covid-19 de poursuivre la lutte et notamment le dépistage du cancer du sein. Toutes les femmes de 50 à 74 ans peuvent gratuitement en bénéficier. 

Un test salivaire à l'étude à Limoges

Il y an entre 55.000 et 60.000 cancers du sein par an en France. C'est le plus fréquent chez la femme. "On peut le dépister par l'intermédiaire d'une mammographie," précise le président de la Ligue de Haute-Vienne. "L'intérêt est que plus il est dépisté tôt, plus le traitement est simple et plus les chances de guérison sont bien entendu élevées". Un test salivaire est même actuellement en cours d'évaluation, notamment au CHU de Limoges, qui permettra de déterminer le facteur de risque de cancer du sein d'une femme et ainsi de mieux individualiser le dépistage par la suite.

Des retards de consultation

Le docteur Sofio ne cache pas en revanche son inquiétude quant à la baisse des dépistages. Elle est significative depuis la crise du coronavirus. "On a eu des retards de consultation, des retards de prise en charge". Avec déjà des conséquences sur la mortalité, qui aurait selon des études augmenté de 2 % précise le médecin. "Il ne faut pas baisser les bras" tance le docteur Sofio qui souligne que le dépistage continue malgré l'épidémie. "Pour tous les malades qui ont quelques signes d'inquiétude, pensez à aller consulter". Sans avoir peur de l'épidémie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess