Santé – Sciences

Cancer : "le diagnostic est un moment de rupture physique, morale et sociale"

Par Camille Revel, France Bleu Armorique lundi 3 octobre 2016 à 11:35

Octobre Rose, mois de mobilisation et de sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein, a débuté dans toute la France
Octobre Rose, mois de mobilisation et de sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein, a débuté dans toute la France © Maxppp - Sébastien Jarry

Comment vivre avec le cancer ? En ce mois d'octobre rose, c'était la question du jour de ce lundi sur France Bleu Armorique. Pour en parler nous recevions le Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, oncologue, et Elodie Bouillon, assistante sociale.

A l'occasion d'Octobre Rose, mois international d'initiatives pour la lutte contre le cancer du sein, France Bleu Armorique donne la parole à ceux qui vivent au quotidien avec la maladie dans notre Question du Jour. Nos invités sont le Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, oncologue, et Elodie Bouillon, assistante sociale au Centre Eugène Marquis à Rennes.

"Le diagnostic d'un cancer c'est un moment de rupture physique, morale et sociale. On ne l'intègre pas en quelques jours" - Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, oncologue

"Le diagnostic d'un cancer est toujours un moment de rupture dans une vie, à la fois physique, liée aux traitements qui vont être mis en place, c'est aussi une rupture morale, avec toute une phase de déstabilisation et d'intégration du diagnostic. C'est aussi une rupture sociale, dans la vie professionnelle et familiale. On n'intègre pas un cancer en quelques jours, cela prend du temps", explique le Dr Claudia Lefeuvre-Plesse.

Aujourd'hui, on n'annonce plus au patient sa maladie de la même façon explique le médecin : "Les conditions d'annonce du cancer ont changé en France, grâce à nos malades, qui ont mobilisé dans les années 2000 toute la communauté médicale. Grâce au dispositif cancer, on a mis en place un dispositif d'annonce, avec un temps de consultation médicale plus long, en deux temps si possible, pour intégrer la maladie et les traitements, et puis un temps d'accompagnement avec des infirmières, des manipulateurs en radiothérapies, des assistantes sociales, etc."

"Le dépistage est important pour lutter contre le cancer, mais notre mode de vie l'est tout autant"- Dr Claudia Lefeuvre-Plesse, oncologue

"Le dépistage est important pour lutter contre le cancer, il permet de faire un diagnostic précoce, quand c'est possible, et il augmente les chances de guérison : pour le cancer du sein, on compte 80% de guérison à dix ans pour des cancers localisés et de petites taille. Notre mode de vie est tout aussi important : faire attention au tabac, à l'alcool, à notre alimentation, prendre soin de soi, faire du sport, même si ça ne protège pas de tout, ça peut diminuer le risque de cancer."

"Il peut y avoir un sentiment de double peine au niveau du travail" - Elodie Bouillon, assistance sociale

"Il peut y avoir un sentiment de double peine au niveau du travail, parfois reprendre à temps plein est impossible avec les traitements. Au niveau du quotidien, il peut y avoir une diminution des ressources, on peut aussi avoir besoin d'aide pour le ménage, s'occuper des enfants, de la précarité pendant la maladie", explique Elodie Bouillon, assistante sociale au centre Eugène Marquis. "Il y a aussi beaucoup de démarches administratives à gérer".

"Le soutien de l'entourage, l'amour de mes enfants, les médecines douces et la positive attitude ont été ma force" - Mag, auditrice France Bleu Armorique

Mag témoigne : "Au moment de l'annonce du diagnostic, le sol s'effondre sous nos pieds. Pour moi, le pire était d'imaginer ne jamais voir mes enfants grandir. Alors viennent l'incompréhension et la colère. Pourquoi moi, jeune maman à d'hygiène de vie irréprochable ? Puis je suis montée sur le ring pour mener un combat très difficile pendant de longs mois au rythme des opérations et des traitements, des douleurs et de la dégradation physique. Le rapport à l'image est très important surtout pour une femme. Le soutien de l'entourage, l'amour de mes enfants, les médecines douces et la positive attitude ont été ma force. Il ne faut jamais rien lâcher ! Et j'ai gagné. Désormais la vie est bien belle et précieuse. Et mes copines Roz'Eskell m'aident à avancer grâce à la pratique du dragon boat ."

Iza elle aussi réagit : "Atteinte d'un cancer du sein depuis 3 ans, je vais physiquement bien (ça ne se voit pas !) mais psychologiquement , cela a été difficile à accepter. Je prends du Tamoxifène , et j'ai des effets secondaires ( beaucoup de douleurs articulaires et des bouffées de chaleur). Je me dit que j'ai de la chance d'être là et d'avoir bénéficié de traitement appropriés. Ma grand mère est morte d'un cancer en 68, ma maman vit avec le sien depuis 15 ans avec des métastases osseuses mais elle est toujours là. Merci aux oncologues et aux équipes qui nous suivent, et bonne journée à tous. J'oubliais, prenez la vie du bon côté, ne laisser pas le stress vous envahir...vivez quoi ! Courage à tous les malades."

Pour (ré)écouter la Question du Jour, rendez-vous ici.

Partager sur :