Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le difficile démarrage de la vaccination dans les Ehpad du Tarn-et-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

La campagne de vaccination contre le Covid-19 débute ce mardi 5 janvier à l'Ehpad de Lavit-de-Lomagne. 2.500 résidents des maisons de retraite du Tarn-et-Garonne doivent être vaccinés d’ici trois à quatre semaines. Un défi logistique pour convoyer les doses de vaccins vers les établissements.

La vaccination contre le Covid débute ce mardi 5 Janvier à l'Ehpad de Lavit-Lomagne dans le Tarn-et-Garonne
La vaccination contre le Covid débute ce mardi 5 Janvier à l'Ehpad de Lavit-Lomagne dans le Tarn-et-Garonne © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

Malgré le retard à l’allumage dénoncé jusqu’au sommet de l’État, la campagne de vaccination démarre tout juste dans les Ehpad et auprès des personnels de santé de plus de 50 ans. Dans les départements, on s’organise. Il faut réceptionner très vite les vaccins dans les pharmacies ou dans les hôpitaux, comme ici dans le Tarn-et-Garonne où la première campagne de vaccination sera menée ce mardi matin 5 janvier auprès de 82 résidents de l’Ehpad de Lavit-de-Lomagne

Les doses de vaccins congelées convoyées vers 25 pharmacies

Une logistique complexe pour acheminer les doses de vaccin explique le directeur départemental de l’ARS , David Billetorte. "Le vaccin Pfizer conditionné à une température de – 80° voyage dans des 'boites à pizza' conditionnées, conçues  par le laboratoire et voyage avec des transporteurs mandatés  par Santé Publique France. Il y a deux filières d’approvisionnement.

La première convoie les doses de vaccin vers 25 pharmacies du département. Les vaccins sont alors décongelés et doivent être administrés dans les cinq heures dans les maisons de retraites ou les unités de soins et d’hébergement de personnes âgées de longue durée qui organisent la vaccination.

La deuxième filière concerne les établissements hospitaliers. Le centre hospitalier de Montauban dispose d’un super congélateur où les doses de vaccin sont stockées plus durablement, mais ce n’est pas l’idée, car dès les doses reçues, elles doivent servir à la vaccination. »

David Billetorte - directeur départemental de l'ARS du Tarn-et-Garonne

D’ici une semaine, le département doit recevoir 4.875 doses de vaccins.

Madeleine, 90 ans, a dit "oui"

L’Ehpad de Lavit-de-Lomagne dans le Tarn-et -Garonne est le premier de Midi-Pyrénées à être vacciné ce matin. 82 des 92 résidents ont accepté de recevoir une dose de vaccin contre le Covid-19, il a fallu obtenir leur consentement et celui de leurs familles pendant les fêtes.

Madeleine , 90 ans, va se faire vacciner contre le Covid à l'Ehpad de Lavit-de-Lomagne
Madeleine , 90 ans, va se faire vacciner contre le Covid à l'Ehpad de Lavit-de-Lomagne © Radio France - Olivier Lebrun

"Les vaccinations, par le passé, elles ont abouti à quelque chose d’utile, alors pourquoi ne pas continuer" lance Madeleine Rebel. Cette ancienne agricultrice âgée de 90 ans a peur du coronavirus, comme "la rage en son temps, on avait peur. Il faut faire confiance à la science" dit la nonagénaire qui se fera vacciner la première ce mardi matin.  

Madeleine "J'ai eu peur de la rage, le vaccin l'a vaincu"

Les doses de vaccin sont arrivées la veille à la pharmacie du village, tout est fin prêt explique Anne-Sophie Hervé la directrice de l’association qui gère la maison de retraite. "On s’y prépare depuis une dizaine de jours avec les médecins, les pharmaciens. Nous avons cinq lieux dans l’établissement où nous allons vacciner les résidents. Trois médecins, deux pharmaciens, six infirmières vont faire les injections." 

« En Juin, tout sera derrière nous »

"Il faut trente secondes pour faire cette injection, comme pour la grippe, en haut du bras, en intramusculaire" ajoute Stéphane Smail, le médecin référent de l’Ehpad. "Les résidents vont rester en observation avec une infirmière pendant 15 minutes après l’injection, et on fera une surveillance dans les cinq heures qui suivent comme le demande l’autorisation de mise sur le marché de ce vaccin."

88% des résidents et leurs familles ont dit oui à la vaccination. "Ils sont rassurés, ils espèrent voir plus rapidement leurs proches. Se dire qu’au mois de mai ou juin, tout sera derrière nous. Qu’ils pourront voir leurs proches non pas dans un lieu en dehors de leurs chambres, sans surblouse et sans masque" espère la directrice. 

Anne-Sophie Hervé - directrice de l'Ehpad de Lavit-de-Lomagne

Anne-Sophie Hervé dont la maison de retraite a été épargnée par le coronavirus reconnait que les mesures de protection ne seront pas levées pour autant, "parce que certaines personnes ne sont pas vaccinées, les professionnels de santé ne sont pas encore vaccinés, il nous faut une immunité collective. Mais nous allons être plus sereins, car le vaccin va empêcher que le Covid ne développe des formes graves chez nos résidents."

2.500 résidents des Ehpad vaccinés d’ici trois semaines

Ce Jeudi 7 janvier, une cinquantaine de volontaires résidents et personnels seront à leur tour vaccinés à l’Unité de soins et d’hébergement de personnes âgées de l’hôpital de Montauban. 

"Dès la semaine prochaine, jusqu’à la première semaine de février, tous les Ephad et unités de soins de longue durées du département se verront proposer la vaccination, soit potentiellement 2.500 résidents" indique la Préfète du Tarn-et-Garonne Chantal Mauchet.

Deux centres de vaccination approvisionnés par le Groupement hospitalier de Territoire du Tarn-et-Garonne pourraient être ouverts dans les prochaines semaines pour permettre aux personnels de santé hospitaliers et libéraux de se faire vacciner.

Dès février, la vaccination sera élargie aux personnes âgées vivant à domicile, d’abord aux personnes de plus de 75 ans, puis de plus de 65 ans , précise la Préfecture du Tarn-et-Garonne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess