Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le directeur de l'ARS attendu de pied ferme à l'hôpital d'Auxerre

-
Par , , France Bleu Auxerre

Le directeur de l'Agence Régionale de Santé a annoncé que l'ARS débloquerait avant la fin de l'année une aide financière pour l’hôpital, sans en préciser le montant. Un accompagnement financier pour relancer l'établissement dans un cercle vertueux.

Rassemblement de 110 personnes devant l'hôpital d'Auxerre
Rassemblement de 110 personnes devant l'hôpital d'Auxerre © Radio France - Isabelle Rose

Auxerre, France

lundi 18 novembre , Pierre Pribile le directeur de l' Agence régionale de santé a rencontré les organisations syndicales puis l'équipe médicale et de direction.  A l'issue de cet entrevue il s'est déclaré plutôt optimiste sur l'avenir de l'établissement. Il n'y a pas de fatalité, il faut un accompagnement  pour une réorganisation médicale renouvelée 

Les propositions de Pierre Pribile directeur de l'ARS

Selon Pascal Gouin, le directeur de l’hôpital d'Auxerre, des efforts devront se poursuivre au sein des services 

Pascal Gouin , directeur de l'hopital d'Auxerre

Reste à savoir ce qu'en pense les personnels et les organisations syndicales. Une nouvelle réunion de l'intersyndicale est prévue ce mardi 19 novembre pour en discuter.

110 personnes rassemblées

Avant les annonces du directeur de l'ARS , un rassemblement du personnel à l'appel de l’intersyndicale a réuni lundi en début d’après-midi 110 personnes enviro

Le personnel attend des réponses face à ses inquiètudes - Radio France
Le personnel attend des réponses face à ses inquiètudes © Radio France - Isabelle Rose

7 millions d'euros de déficit

L’hôpital accuse cette année un déficit de 7 millions d'euros et son directeur a annoncé sur France Bleu Auxerre des pistes d'économies : suppression de postes, fermetures de lits, renégociation de l'accord sur les RTT, remise en question de la demi-heure de repas inclus dans le temps de travail.

Les personnels comme Vincent , brancardier à l’hôpital, ne souhaitent pas payer les pots cassés: c'est nous qui trinquons, il faut faire des efforts des deux cotés. Nathalie aide-soignante craint elle aussi une dégradation de ses conditions de travail. La suppression d'un poste d'aide soignante et d'une infirmière sont prévus dans mon service donc les conditions de travail seront affectées . Il y a aussi des collègues qui sont encore contractuelles vont-elles rester? Nous voulons des réponses sur tout conclue Nathalie. Des efforts supplémentaires demandés encore une fois au personnel qui sont inacceptables. Agnès , infirmière à la retraite estime que demander encore plus à des personnels qui sont déjà épuisés c'est aussi mettre en danger la santé des patients. Demander de réduire les moyens financiers alors qu'ils sont déjà insuffisants est un chantage également insupportable

Parmi la centaine de personnes présentes, des usagers sont venus soutenir les soignants.

Véronique par exemple craint qu'à terme les parents des malades soient contraints de se rendre à Dijon. Une contrainte pour les aidants et qui coute très cher. Pour elle la conséquence sera des patients âgés qui se laisseront mourir. C'est la raison pour laquelle elle est venue affirmer son soutien à l’hôpital d'Auxerre. Autre réaction, celle de Françoise.  Cette auxerroise de 64 ans est très remontée contre ce qu'elle estime être la casse du service public : J'ai grandi et fait mes études à Auxerre, j'ai vu l’hôpital grandir. J'ai accompagné ma mère en fin de vie et aujourd’hui je lutte depuis deux ans contre un cancer. Et ce que veux faire l'ARS est une honte. Elle qualifie même l'agence régionale de santé de "massacreur et d’assassin". Des mots forts que n'a pas entendu Pierre Pribile, le directeur de l' ARS arrivé avec presque une heure de retard.  Il a rejoint la salle de réunions sans rencontrer les manifestants.

le directeur de l'ARS attendu par plus de cent manifestants à l'hopital d'Auxerre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu