Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le retour sur info de France Bleu Belfort Montbéliard

Désormais retraité, le docteur Laine a cédé son cabinet médical à la commune de Saulnot

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Depuis cinq ans, il multiplie les démarches pour céder gracieusement son cabinet médical de Saulnot, sans résultat. À 71 ans, le docteur Laine se résout à une retraite méritée, mais amère. En l'absence de successeur, il lègue son cabinet médical à la commune de Saulnot : un cadeau à 400.000 €.

Le docteur Laine lors d'une de ses dernières consultations à Courchaton
Le docteur Laine lors d'une de ses dernières consultations à Courchaton © Radio France - Christophe Beck

Retraité et regretté docteur Laine. Malgré un combat acharné de cinq années, le médecin généraliste de Saulnot en Haute-Saône n'a pas réussi à se trouver un successeur. Et pourtant, il n'a pas lésiné sur les efforts, allant jusqu'à céder gracieusement son cabinet médical. C'est le sens d'une petite annonce qu'il a publié en 2016 sur le Bon Coin, sans résultat.  

Cinq ans plus tard, épuisé physiquement et psychologiquement, il ne veut et ne peut aller plus loin dans l'exercice de son métier. Il est officiellement en retraite depuis ce 31 mars En accord avec son épouse et son fils, il a donc décidé de céder son immeuble de 400 mètres carrés à la commune de Saulnot. L'immeuble comprend les deux cabinets médicaux avec tout leur équipement, un studio meublé et deux appartements. Valeur du cadeau : 400.000 euros. 

"C'est le fruit de mon travail que je donne" explique le docteur Patrick Laine

"Je ne peux pas me faire à l'idée que cet immeuble ait une autre destinée que celle d'une maison médicale", explique Patrick Laine. "Je suis profondément déçu car je n'arrive pas à comprendre que ça n'intéresse personne." Mais le docteur, désormais retraité, n'a pas perdu tout espoir. Il vient de créer un collectif de quinze maires qui, ensemble, partent en quête d'un médecin. 

"Gratuité des cabinets médicaux la première année" vante le flyer du maire de Saulnot, Jean-François Rivière
"Gratuité des cabinets médicaux la première année" vante le flyer du maire de Saulnot, Jean-François Rivière © Radio France - Christophe Beck

Quant au maire de Saulnot, Jean François Rivière n'en revient pas. "C'est un cadeau magnifique. On ne pouvait rêver mieux". Le maire a réalisé un flyer pour vanter les cabinets médiaux de Saulnot avec leur environnement. "Nous avons même un aérodrome à Saulnot, capable d'accueillir des vols sanitaires". Ce flyer sera distribué dans les hôpitaux et facultés de médecines de France, en quête d'un successeur au docteur Laine. 

En attendant, le docteur retraité Patrick Laine a le cœur gros. "J'ai encore beaucoup de patients qui sont alités, perfusés, sous oxygène, et se trouvent dans des villages reculés. Ces gens-là n'ont pas de solution. Ils sont en détresse complète". Dans sa patientèle, Fatma est, elle aussi, amère. "Ça fait six ans que je suis le docteur Laine dans sa quête d'un successeur. Et personne. On a pourtant tout ce qu'il faut à Saulnot". 

"Les patients âgés et dépendants sont abandonnés" dit Fatma patiente et soutien du docteur Laine
"Les patients âgés et dépendants sont abandonnés" dit Fatma patiente et soutien du docteur Laine © Radio France - Christophe Beck

Le docteur Laine a bien une idée pour solutionner au moins partiellement cette question des déserts médicaux : instaurer une obligation pour les jeunes médecins d'exercer une année en zone sous dotée. Mais cette idée a été retoquée. La corporation médicale s'y est opposée, "au nom de la sacro-sainte liberté totale d'installation". Pour Patrick Laine, "c'est contraire au pacte républicain qui dit que la santé doit être un droit égalitaire". Ce qui n'est pas le cas dans les territoire sous dotés.  

Le médecin retraité vient de rejoindre l'association des citoyens contre les déserts médicaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess