Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Le Groupe Lactalis "dément et condamne fermement les accusations sans fondement du Canard Enchaîné"

mercredi 24 octobre 2018 à 12:10 - Mis à jour le mercredi 24 octobre 2018 à 15:45 Par Gildas Menguy, France Bleu Mayenne

Suite aux révélations du Canard Enchaîné de ce mercredi, le Groupe Lactalis se défend. Selon l'hebdomadaire, 8000 tonnes de poudre de lait pour adultes produites à Craon ont été commercialisées. Ces poudres n'étaient pas contaminées selon le géant laitier mayennais.

Le Groupe Lactalis dont le siège est à Laval.
Le Groupe Lactalis dont le siège est à Laval. © Maxppp - Damien Meyer

Laval, France

"Lactalis ou l'art de l'empoudrage" titre le Canard Enchaîné dans son édition datée du mercredi 24 octobre. Pour l'hebdo, Lactalis a utilisé des tonnes de poudre de lait sortie de l'usine de Craon. Il s'agit de poudre pour adultes. Un ingrédient qui sert ensuite dans la fabrication de flans industriels ou de desserts lactés. Cette poudre est fabriquée par Lactalis dans son usine mayennaise, là même où sont produites les poudres de lait infantiles.

Mais le Groupe Lactalis précise ce mercredi matin que la poudre adulte était fabriquée uniquement dans la tour numéro 2, celle qui n'était pas concernée par la contamination à la salmonelle. Cette bactérie n'a été détectée que dans la tour de séchage numéro 1, tour qui a été démantelée depuis que la scandale a éclaté. D'ailleurs, l'activité a repris dans la tour numéro 2, au début de l'été. 

Le géant laitier mayennais "dément et condamne fermement les accusations sans fondement parues dans le Canard Enchaîné. Des accusations visant à nuire à sa réputation et à la qualité de ses produits". L'industriel explique que "jamais le Groupe Lactalis n'aurait pu mettre sur le marché des produits qu'il savait contaminés".

L'association des familles s'interroge

L'AFVLCS (association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles) s'interroge : "si la tour numéro 2 de l'usine de Craon n'est pas concernée dans la contamination de 2017, pourquoi la directrice de la DGGCCRF (madame Baumeunier) indique t'elle devant les sénateurs qui l'auditionnait le 23 janvier dernier que la contamination de cette tour était la raison du retrait de produits infantiles du 21 décembre 2017 ?". Ce à quoi le Groupe Lactalis avait répondu très clairement ce matin : "par mesure de pure précaution pendant la gestion de la crise, les retraits et rappels ont été étendus aux produits fabriqués par la Tour 2 dès lors qu'ils ont utilisé des circuits de conditionnement communs à ceux de la Tour 1."