Santé – Sciences DOSSIER : LE + INFO

LE + INFO - Les allergies sont-elles plus fréquentes?

Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne mercredi 12 avril 2017 à 17:24

On estime à 30% la part de la population française qui souffre d'une ou plusieurs allergies
On estime à 30% la part de la population française qui souffre d'une ou plusieurs allergies © Maxppp - Jean-François Frey

Avec le retour du printemps, le risque aux allergènes (bouleau, frêne) est au plus haut. Pour les personnes sensibles, cela se manifeste par des éternuements, le nez qui coule voire des démangeaisons. Le risque est élevé dans les départements du sud de la France. C'est le thème du + INFO.

Le risque aux pollens est très élevé en Côte d'Or et en Saône et Loire, avec par exemple sur la Côte-d'Or un risque de 5 sur une échelle de 5 pour le pollen de bouleau. Cela veut dire que les personnes allergiques doivent suivre un traitement ou consulter un médecin. Pour les autres allergènes comme le saule ou le frêne, le risque n'est que de 3. Un risque accentué par le beau temps qui règne actuellement sur la Bourgogne et aggravé par le vent qui va accentuer la dissémination des pollens.

Bulletin allergo pollinique du 7 avril  - Aucun(e)
Bulletin allergo pollinique du 7 avril - RNSA

Au moins deux facteurs aggravants

Si elle n'est pas entièrement responsable des allergies, la pollution atmosphérique est un facteur aggravant comme peut l'être l'alimentation. En France, près de 30 % de la population souffre d'une ou plusieurs allergies. C'est beaucoup plus qu'il y a trente ans. Ça s'explique selon les médecins par notre mode de vie sédentaire, notre alimentation mais aussi par la hausse de la pollution.

Consulter un médecin au plus vite

Si vous avez le nez bouché, le nez qui coule, si vous éternuez sans cesse, les yeux qui piquent et si vous êtes victime de démangeaisons, à tout les coups, vous êtes allergiques aux pollens. Dans ce cas, la première chose à faire, c'est de consulter un médecin qui va établir un diagnostic. Il vous délivrera un traitement pour diminuer les symptômes. Si l'allergie persiste, il faudra sans doute voir un allergologue et entamer une désensibilisation sur le long terme, on parle d'un traitement entre 3 et 5 ans.

  • Les allergies sont-elles plus fréquentes? Témoignez sur Facebook et Twitter.
  • A 7h50, Philippe Bonniaud, chef du service pneumologie au CHU de Dijon et membre du réseau national de surveillance aérobiologique est l'invité France Bleu Bourgogne.