Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Les soignants contaminés et asymptomatiques privés de quarantaine

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Bourgogne

En pleine recrudescence de l'épidémie de coronavirus, les personnels du CHU de Dijon testés positifs mais ne présentant pas de symptômes n'ont d'autre choix que de faire l'impasse sur la période de sept jours d'isolement.

58 personnes sont actuellement hospitalisées à cause du coronavirus  au CHU de Dijon
58 personnes sont actuellement hospitalisées à cause du coronavirus au CHU de Dijon © Radio France - Philippe Renaud

"Les personnels des hôpitaux qui sont écartés systématiquement du soin et du travail, ce sont ceux qui sont symptomatiques." Délégué syndical au CHU de Dijon, François Thibault comprend cette mesure primordiale. "Lors d'une épidémie de grippe c'est la même chose. Nous n'avons pas suffisamment d'effectif dans les services pour se dire que sereinement on va s'arrêter quelques jours et laisser le travail à nos collègues." 

L'ensemble de la France fait face à une deuxième vague épidémique. Depuis ce mardi 20 octobre, le plan blanc a été activé au CHU de Dijon. Trois personnes sont décédées ces dernières 24h. Au total, 59 personnes sont hospitalisées à cause du coronavirus en Côte d'or et 14 autres sont soignées en réanimation "alors si on ne présente pas de symptôme, même quand on est testé positif on peut continuer à travailler pour faire face à la recrudescence des cas de Covid-19." assure le membre de la CGT. 

Auquel cas, les précautions sont doublement appliquées : port du masque, désinfection des mains, distance avec les patients dès que la situation le permet. 

Les gestes barrières ne sont pas toujours respectés dans les bureaux 

Indispensables dans les hôpitaux, ces précautions ne sont pas toujours prises dans les entreprises. Selon Michel Moreau, responsable protection sociale de la CFDT, les salariés se relâchent dès qu'ils s'éloignent de leur poste de travail avec notamment le maintien des pots de départs à la retraite par exemple ou encore pendant la pause cigarette : "Je pense que pendant ces moments conviviaux, les gestes barrières sont atténués. S'il n'y a pas d'embrassades il y a quand même des accolades."

Michel Moreau ajoute que l'employeur ne peut pas être blâmé puisqu'il n'a aucun intérêt à ne pas faire appliquer la réglementation : "L'employeur fait la police sur le poste de travail mais pas en dehors. Néanmoins il a de toute façon besoin du salarié pour faire fonctionner l'entreprise donc s'il est contaminé et ne peut pas travailler, ça ne lui apporte rien.

Interrogé dans les rues de Dijon, Malik estime que la hiérarchie n'est tout de même pas irréprochable. Le fonctionnaire a un jour été contraint d'insister pour qu'un de ses responsables utilise du gel hydroalcoolique avant d'accéder à son service. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess