Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Les trois idées reçues sur les cosmétiques faits maison

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est la grande mode du "fait maison" dans tous les domaines : couture, décoration, bricolage mais aussi cosmétiques et produits ménagers. Mais attention à ne pas faire n'importe quoi, même avec les produits naturels.

Des shampooings solides et naturels
Des shampooings solides et naturels © Radio France - Faustine Mauerhan

Côte-d'Or, France

Faire ses cosmétique et ses produits ménagers soit même : c'est la grande tendance du moment. Une simple huile végétale pour se démaquiller, un peu d'huile de coco, de bicarbonate de soude et de fécule de maïs pour fabriquer un déodorant, c'est rapide, c'est économique et ça fonctionne bien. Mais attention, les produits naturels se sont pas inoffensifs. Marion Hérisson, créatrice de la marque de cosmétiques naturels Marisson à Gevrey Chambertin et Pierre-Olivier Variot, président du syndicat des pharmaciens de Bourgogne déconstruisent quelques idées reçues.

Faire ses cosmétiques soi-même c'est plus économique

VRAI : Moins de deux euros pour fabriquer un déodorant, un peu d'huile pour se démaquiller, " comme il y a beaucoup de principes actifs dans les produits naturels , on a besoin de peu d'ingrédients, et on en met beaucoup moins " explique Marion Hérisson. Sans compter que certains produits comme le bicarbonate de soude peuvent servir à plusieurs choses : déodorant, dentifrice, nettoyage du sol ou du plan de travail . Mais il y a quand même des limites : " on ne peut fabriquer que des produits de bases, certains process inventés par l'industrie, comme l'eau micellaire, ne sont pas réalisables à la maison ", explique Pierre-Olivier Variot, le président du syndicat des pharmaciens de Bourgogne.

Les cosmétiques naturels, c'est moins efficace

FAUX : Il faut accepter de changer un peu ses habitudes, les produits ont parfois de drôles de couleur, l'odeur n'est pas toujours aussi forte ou aussi agréable que dans les produits de synthèse, mais le déodorant fait maison est efficace, et les cheveux sont propres grâce au shampoing naturel. Reste à trouver les ingrédients qui correspondent le mieux à votre type de peau ou de cheveux : " les premières expériences ne sont pas toujours réussies, reconnaît Marion Hérisson, mais il faut persévérer, et on peut vraiment avoir des effets efficaces à long terme et pour toute la famille ."

Les cosmétiques naturels, ce n'est pas dangereux

FAUX : on ne s'improvise pas apprenti-chimiste quand on fait ses cosmétiques soi-même. Les ingrédients comme les huiles essentielles sont très concentrés en principes actifs. " Il faut bien se renseigner, soit dans des livres de référence, soit auprès de personnes compétentes ", affirme Marion Hérisson. " On trouve de tout sur internet, donc il faut être capable de se dire que telle ou telle recette ne va pas aller. Et puis il faut être sûr des produits de base que vous utilisez, une huile d'olive premier prix dans un supermarché n'aura pas les mêmes qualités qu'une huile d'olive bio pressée à froid " renchérit Pierre-Olivier Variot. Attention aussi à la conservation : " comment vous allez savoir combien de temps le produit peut se conserver avant que ce ne soit un nid à microbes ? L'industriel, lui, il a fait le test " explique le pharmacien.

Réécoutez les conseils de prudence de Pierre Olivier Variot, président du syndicat des pharmaciens

Pierre Olivier Variot, président du syndicat des pharmaciens de Bourgogne