Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le limogeage de l'ex-directeur de l'ARS Grand Est annulé par le Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat a annulé jeudi 10 décembre, le limogeage de l'ancien directeur de l'Agence régionale de santé, Christophe Lannelongue. Le Conseil considère qu'il a été démis de ses fonctions de manière irrégulière par le gouvernement.

Christophe Lannelongue ex-directeur général de l'Agence régionale de santé ARS Grand Est
Christophe Lannelongue ex-directeur général de l'Agence régionale de santé ARS Grand Est © Radio France - Lucas Valdenaire

Le gouvernement a limogé de façon irrégulière Christophe Lannelongue, l'ancien directeur de l'Agence régionale de santé du Grand Est. C'est la décision du Conseil d'Etat, ce jeudi 10 décembre, qui explique que Christophe Lannelongue a été prévenu trop tard par le directeur de cabinet du ministre des solidarités et de la santé. Ce haut-fonctionnaire avait annoncé en juin déposer un recours devant le Conseil d'Etat pour contester son éviction.

Polémique sur l'avenir du CHU de Nancy

Il avait été limogé le 8 avril après avoir créé la polémique en annonçant vouloir maintenir une suppression de postes au CHU de Nancy, alors en pleine mobilisation contre l'épidémie de coronavirus.

Lors d'une conférence de presse accordée le vendredi 3 avril, Christophe Lannelongue n'avait pas remis en cause la suppression de 598 postes et 174 lits d'ici 2025 au CHRU de Nancy. Le plan était prévu dans les orientations du Copermo, le Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins. L'ex-directeur de l'ARS Grand Est, avait expliqué qu'il n'y avait "pas de raison de remettre en cause" ce plan. "Nous aurons quelques semaines de retard mais la trajectoire restera la même", avait-il ajouté.

Le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Veran, avait alors réagi sur Twitter, expliquant que l'heure était plutôt à la mobilisation face à l'épidémie, il avait aussi assuré la suspension de "tous les plans de réorganisation ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess