Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Lauris va entamer une grève de la faim pour défendre son hôpital

Le maire de Lauris (Vaucluse) va rejoindre Marseille en courant pour y entamer une grève de la faim d'ici la fin du mois. L'élu veut obtenir des autorités un nouveau projet pour l'hôpital de sa commune qui doit fermer au 1e janvier. Il souhaite qu'un nouveau projet y voit le jour.

Le centre hospitalier Roquefraîche de Lauris
Le centre hospitalier Roquefraîche de Lauris © Radio France - Adrien Serrière

André Rousset, le maire de Lauris, ne sait plus quoi faire pour se faire entendre et défendre l'hôpital de sa commune. Il a donc décidé de partir du Luberon en courant pour rejoindre Marseille, d'ici la fin du mois. Il prévoit de s'installer devant le siège de l'Agence régionale de santé pour entamer une grève de la faim. André Rousset demande à l'État de trouver une solution pour les bâtiments de Roquefraîche, qui seront vides au 1er janvier 2022. 

"Roquefraîche risque de devenir un squat."

Créé dans les années 1930, c'était au départ un centre de soins de suite pour maladies respiratoires. Puis l'établissement est devenu un hôpital intercommunal qui dépendait de Cavaillon, démantelé au fil des ans. Si les lieux ne sont pas réinvestis, André Rousset craint qu'ils ne soient squattés. "J'aimerais que ça reste une activité médicale, souhaite le maire. Et si ça n'est pas possible, médico-sociale. On a les locaux, certains sont neufs, la balnéothérapie avec la grue qui descend le malade dans la piscine n'a jamais servi ! Et si ce n'est pas possible, on fait une étude à 360 degrés pour savoir quoi en faire. Sinon on démolit ou bien ça va devenir un squat." 

En 2019, André Rousset avait déjà alerté les autorités en rejoignant Paris et le ministère de la Santé en courant. Il avait été reçu par le directeur de cabinet de la ministre de l'époque, Agnès Buzyn. "J'ai encore écrit au président et au ministre. Ils m'ont répondu, c'est le Covid, on verra après. J'ai réécrit il y a 15 jours et on ne me répond pas. Donc je vais descendre à Marseille en courant, avec des médecins et je ferai la grève de la faim devant l'ARS." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess