Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le maire de Montreuil interdit l'installation des compteurs Linky après des incidents

mardi 29 mai 2018 à 5:05 - Mis à jour le mardi 29 mai 2018 à 8:51 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Le maire de Montreuil institue un "moratoire sur le déploiement des compteurs Linky". La ville veut suspendre l'installation de ces compteurs controversés par un sous-traitant d'Enedis. Des tensions et des incidents sont survenus entre les installateurs et les habitants ces dernières semaines.

Dans cet immeuble Montreuil, seule la moitié des compteurs Linky a été installée car les habitants s'y sont opposés
Dans cet immeuble Montreuil, seule la moitié des compteurs Linky a été installée car les habitants s'y sont opposés © Radio France - Rémi Brancato

Montreuil, France

Comme de nombreuses autres villes, Montreuil, en Seine-Saint-Denis, s'oppose désormais à l'installation des compteurs Linky, auxquels s'opposent de nombreux consommateurs. Le maire de la ville a pris un arrêté "suspendant le déploiement des compteurs". Selon la mairie, une dizaine d'incidents, opposant des installateurs à des habitants, sont survenus dans la ville. La ville met donc en avant un risque de trouble à l'ordre public.

"Nous avons eu énormément de nos concitoyens qui sont venus nous dire que ça ne se passait pas bien sur notre territoire" détaille Ibrahim Dufriche Soilihi, premier adjoint au maire de Montreuil. "Il y a eu plusieurs incidents, dont des agressions, verbales, qui peuvent dégénérer" regrette-t-il.

ECOUTER - Ibrahim Dufriche Soilihi, premier adjoint au maire de Montreuil

Tensions entre habitants et installateurs de compteurs Linky

Exemple: dans le bas Montreuil, les habitants de cette résidence de l'OPH municipal, ont reçu la visite, mercredi dernier, d'un installateur de Sogetrel, sous-traitant d'Enedis, venu mettre en place les nouveaux compteurs, alors qu'ils assurent ne pas avoir été prévenus. Ils avaient même tous signés une pétition début 2017 contre le nouveau compteur et fait part de leur opposition à l'installation à Enedis.

"J'ai trouvé le Monsieur à quatre pattes" devant les compteurs électriques, raconte Malika Bouacem, une habitante, qui a tenté de stopper l'installateur. "C'était un peu tendu : ils insistaient et pour eux, ils faisaient leur travail et puis c'est tout" raconte Pierre Pasetto qui est intervenu avec d'autres représentants de l'amicale des locataires. La police a du se mêler à l'incident, racontent les habitants, et l'installeur n'a pu mettre en place que la moitié des huit compteurs d'un immeuble.

ECOUTER - A Montreuil le maire suspend l'installation des compteurs Linky après les tensions entre habitants et installateurs

Pour les opposants montreuillois à Linky, l'arrêté du maire est donc une bonne nouvelle, mais pas suffisante. "Il y a déjà eu des cas où malgré le fait que les policiers savaient que l'arrêté a été pris, ils ne se sont pas déplacés" regrette Guy Perinelli, membre du collectif anti Linky de la ville. 

ECOUTER - "On a vu des personnes qui ont voulu installer des compteurs deux jours, trois jours après l'arrêté" du maire, raconte Silvia Bellei, opposante à Linky

Risque d'annulation par le tribunal administratif

Par ailleurs, la municipalité de Montreuil se dit "consciente des risques d’annulation de ce moratoire par le juge administratif", dans la mesure où plusieurs arrêtés municipaux anti-Linky ont déjà été retoqués par les tribunaux. Cependant, le maire évoque, pour motiver son arrêté, la "préservation de la tranquillité et de la salubrité publique".

Enedis demande justement au préfet de faire annuler cet arrêté et confirme poursuivre malgré tout les installations. "Refuser le compteur est illégal : des rendez-vous ont été pris avec les clients et on agit en tout légalité" défend Robert Poggi, directeur territorial d'Enedis pour la Seine-Saint-Denis.

Sollicitée, la préfecture de Seine-Saint-Denis, indique que "la situation de chaque commune fera l'objet d'un examen particulier, et le préfet veillera à l'application du droit, en saisissant le tribunal administratif si cela s'avère nécessaire". 

D'autres communes opposés à Linky

La municipalité d'Aubervilliers annonce aussi avoir pris un arrêté pour "interdire cette démarche d'installation forcée" des compteurs Linky dans la commune. Elle estime n'avoir été "consultée à moment quant au remplacement des compteurs existants dans les foyers" et n'avoir "donc émis aucune autorisation permettant aux fournisseurs d’énergie d’entrer dans les foyers pour procéder à cette installation".

Plusieurs communes d'Île-de-France se sont déjà prononcées contre l'installation de ces compteurs. En Seine-Saint-Denis, les élus de Bondy ont voté l'interdiction de l'installation des compteurs en juin 2016, tout comme ceux de Saint-Denis, qui ont voté un moratoire en septembre 2016. Bagnolet avait pour sa part voté dès avril 2016 un vœu contre l'installation de ces compteurs, tout comme Tremblay-en-France, en décembre 2017.