Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le maire de Nancy invite Oliver Véran au CHU pour que l’Etat honore ses engagements

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Mathieu Klein, le maire socialiste de Nancy, invite Oliver Véran au CHU pour que l’Etat honore ses engagements et que le ministre de la Santé confirme sans ambiguïté la non suppression de postes et de lits.

Le CHU de Nancy attend un investissement de 675 millions d'euros.
Le CHU de Nancy attend un investissement de 675 millions d'euros. © Radio France - Thierry colin

Le maire socialiste de Nancy, Mathieu Klein, réagit aux déclarations d’Oliver Véran sur la fin des suppressions de lits dans les hôpitaux et invite le ministre de la Santé au CHU pour que l’Etat honore ses engagements et confirme sans ambiguïté la non suppression de postes et de lits. 

Mathieu Klein précise le cadre de son invitation : « J’ai invité Olivier Véran parce qu’il pourra, devant tous les soignants, reprendre son discours volontariste et montrer que ce discours là va au-delà des mots et qu'il va se traduire en actes. Pour Nancy, ce sont aujourd'hui 675 millions d'euros qui sont attendus pour permettre le regroupement de l'ensemble des activités hospitalières sur un seul site et donc entraîner des économies de fonctionnement administratif pour pouvoir les redéployer sur des postes de soignants, puisqu'il faut créer des postes de soignants. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus perdre de temps à faire des allers retours et à tergiverser, alors même que le diagnostic est partagé par tout le monde. Il est donc maintenant temps de rebondir sur ces propos d'Olivier Véran et que l'Etat honore ses engagements, que le gouvernement s'engage financièrement pour l'hôpital de Nancy».

Laissons donc derrière nous le plan de suppressions de postes

Et le maire de Nancy d’insister : «il faut passer des paroles aux actes, puisque le ministre de la Santé réaffirme, et je souscris pleinement à son propos, que le dogme de la suppression des postes et des lits à l'hôpital public, c'est terminé. Dont acte. Laissons donc derrière nous le plan de suppressions de postes et lits et construisons enfin une réponse de l'Etat en soutien à l'investissement au plan d'investissement du CHR de Nancy. Le CHRU est devenu le quatrième hôpital de France. C'est un hôpital public à la fois de recours pour l'excellence de ses soins, des spécialités à la fois pour le travail de proximité dans toute la région. C'est un outil majeur de la santé en Lorraine et pour Nancy en particulier, qui a fait un gros travail depuis 2013 de réorganisation et de limitation de son déficit. Maintenant, il est vraiment temps, plus que temps d'agir».

Ecoutez Mathieu Klein, maire de Nancy, qui invite Olivier Véran à Nancy.

Dans un communiqué, le maire de Nancy détail ses priorités :  

  • La confirmation sans ambiguïté de la non suppression de postes et de lits
     
  • La reprise de la dette au service du développement du CHRU et de ses moyens
     
  • La garantie d’accompagner le schéma directeur immobilier à la hauteur des enjeux post-covid nécessitant un investissement de 675 M€
     

Et pour le maire de Nancy : «L’investissement pour le CHRU de Nancy doit être une priorité nationale, sans fermeture de lits ni suppression de postes».

Ecoutez Mathieu Klein, maire de Nancy, qui estime qu'il y a urgence.

Le CHRU de Nancy est le premier employeur public de Meurthe-et-Moselle avec 9000 salariés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess