Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDEO | Le mal-être au travail des agents de l'hôpital psychiatrique Laborit de Poitiers

mardi 12 février 2019 à 18:01 - Mis à jour le mercredi 13 février 2019 à 10:57 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

A l'hôpital psychiatrique Laborit de Poitiers, les trois quarts des agents estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées depuis 2015. C'est le cabinet Technologia qui l'affirme après avoir mené une expertise au sein de l'établissement. Rapport examiné lors d'un CHSCT ce mardi.

A l'hôpital psychiatrique Laborit, le mal être au travail confirmé par un cabinet d'expertise
A l'hôpital psychiatrique Laborit, le mal être au travail confirmé par un cabinet d'expertise © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers, France

Pour la CGT, les 1300 agents de l'hôpital psychiatrique paient le prix fort de la réorganisation mise en œuvre il y à trois ans. Selon le cabinet Technologia qui a auditionné de nombreux salariés à la demande du CHSCT, cette réorganisation provoque du mal-être. Les deux tiers du personnel affirment être sujet à des peurs et des inquiétudes concernant l'avenir de leur établissement. La moitié des agents est stressée et quasiment tous attribuent ces dégradations à la baisse des effectifs : 96 emplois supprimés ces dernières années affirme la CGT.

Une réorganisation pointée du doigt

L'un des facteurs de cette dégradation des conditions de travail vient d'un changement dans l'organisation, imposé par la nouvelle direction en 2015. Selon le syndicat, la règle c'est la mobilité. Les agents sont appelés à changer régulièrement de service et donc de patients. 

"Si un psychotique est réveillé chaque matin pendant trois jours par une personne différente, on ne peu pas s'étonner de la crise qu'il développe à ce moment là", explique désolée cette soignante. Car ajoute-t-elle "la psychiatrie est un soin qui a une spécificité. On n'est pas que dans le traitement et le médicament, on est dans l'accompagnement, (...) mais l'institution ne me le permet plus". 

La psychiatrie, éternelle enfant pauvre de la médecine

Depuis la publication de l'expertise du cabinet Technologia, la direction n'a, selon la CGT, pas pris de mesures suffisantes. Les rares recrutements sont loin de compenser les emplois perdus. Le manque de personnel, la nouvelle organisation du travail, tout cela explique sans doute pour le syndicat, ce taux d'absentéisme record en août : 14%. 

Les agents eux parlent de leur fatigue, de leur mal être. Jessica, une aide-soignante estime aujourd'hui ne plus faire son travail mais du gardiennage de patients.