Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le Mans se dote d'un appareil de pointe dans la lutte contre le cancer

mercredi 14 mars 2018 à 17:27 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

C'est ce qu'on appelle un Cyberknife. Un appareil de radiothérapie de haute précision qui cibler la tumeur pour l'éliminer. Il permet de soigner des cancers qui ne sont pas opérables 300 patient vont être traités par cet outil de pointe à l'horizon 2020

Le Cyberknife est un appareil de radiothérapie de haute précision pour détruire les tumeurs cancéreuses
Le Cyberknife est un appareil de radiothérapie de haute précision pour détruire les tumeurs cancéreuses © Maxppp - Vrel Valérie/PHOTOPQR/LA PROVENCE

Le Mans, France

Imaginez un bras articulé comme les robots qui peignent la carrosserie des voitures. Ajoutez-y un accélérateur de particule capable de bombarder les tumeurs cancéreuses sous quasiment tous les angles et avec une précision chirurgicale. Le Cyberknife n'a que des avantages pour le docteur Yoann Poitreau, oncologue radiothérapeute au centre de cancérologie Jean Bernard au Mans. " Le premier avantage c'est la précision de la machine qui est de moins de 1 millimètre, soit une précision inégalée par les autres techniques de soins. Du coup, cela permet de délivrer des doses plus fortes par séance et donc de réduire le nombre de séances. Là où avant on réalisait trente-cinq séances de radiothérapie, on va ramener ce nombre à trois ou cinq. Et on va traiter moins de tissus sains et donc on aura moins d'effets secondaires". 

Le docteur Yoann Poitreau, cancérologue et radiothérapeute au centre Jean Bernard au Mans

Une alternative à la chirurgie pour traiter des malades inopérables  

Cédrik Lafont, Yoann Poitreau et Fabrice Denis, 3 cancérologues radiothérapeutes du centre Jean-Bernard attendent avec impatiente l'arrivée du Cyberknife - Radio France
Cédrik Lafont, Yoann Poitreau et Fabrice Denis, 3 cancérologues radiothérapeutes du centre Jean-Bernard attendent avec impatiente l'arrivée du Cyberknife © Radio France - yann lastennet

Le Cyberknife permet de traiter des cancers inaccessibles par les autres moyens de radiothérapie explique le docteur Fabrice Denis, autre radiothérapeute au centre Jean Bernard. "C'est principalement réservé à des lésions qui ne sont pas opérables ou opérables mais avec des risques d'effets secondaires très importants notamment chez des personnes fragiles. Des tumeurs, du poumon du foie et des tumeurs cérébrales même si ces lésions doivent être de taille inférieure à 6 cm et en nombre limité. Le traitement est, au moins, aussi efficace qu'une chimiothérapie avec des coûts 10 à 15 fois moindre. L'intérêt du Cyberknife est de détruire la tumeur sans opérer, sans chirurgie et donc avec beaucoup moins d'effets secondaires". 

Le docteur Fabrice Denis, oncologue et radiothérapeute au centre de cancérologie Jean-Bernard au Mans

L'appareil coûte 5 millions d'euros dont 3 millions sont financés par les collectivité territoriales (ville du Mans, conseil départemental et conseil régional). "Le prix à payer pour doter Le Mans et la Sarthe d'un équipement de pointe en matière de lutte contre le cancer" explique le maire du Mans Jean Claude Boulard "et d'attirer des spécialistes". Le cyberknife entrera en service à l'horizon 2020. Il sera le premier équipement du futur centre de cancérologie du Mans qui va être construit près de l'hôpital. Ce sera le 15e appareil de ce type en France mais le premier en Pays de la Loire. Entre 150 et 300 patients devraient être traités chaque année par cette  technique de pointe. Des patients qui jusqu'à présent sont obligés de se rendre à Tours pour se faire soigner