Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le masque de plongée de Decathlon intéresse des chercheurs du monde entier

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Decathlon fait face à un afflux de demandes de chercheurs et hôpitaux intéressés par son masque de plongée, alors qu'une entreprise italienne dit avoir réussi à l'adapter pour les malades du coronavirus. L'enseigne fournit gratuitement les plans de son innovation mais appelle à la prudence.

La marque rappelle qu'aucune méthode n'est pour l'instant certifiée
La marque rappelle qu'aucune méthode n'est pour l'instant certifiée - Decathlon

Easybreath, c'est le nom de ce masque Decathlon qui fleurit sur les plages en été. Conçu à l'origine pour la pratique du snorkeling, l'exploration aquatique avec tuba et palmes, il a pour particularité d'être formé de deux parties, l'une qui recouvre entièrement le visage, et un tuba, relié au masque par une valve. Grâce à l'impression 3D, une entreprise italienne aurait réussi à l'adapter pour pouvoir s'en servir avec un respirateur. Le prototype serait utilisé dans un hôpital du Nord du pays, région durement touchée par le coronavirus.

La marque nordiste de matériel de sport se veut très prudente sur cette innovation, rappelant que le masque est conçu pour une pratique de loisirs et qu'aucune méthode n'a pour le moment été certifée. Elle appelle donc à la plus grande prudence.

Mais elle reconnaît être sollicitée par des chercheurs du monde entier.  

Chaque quart d'heure donne lieu à de nouvelles demandes

"Nous sommes présents dans 70 pays, il est raisonnable de dire que ces 70 pays sont intéressés par ce masque", raconte Xavier Rivoire, en charge de la communication internationale de Decathlon. "Chaque quart d'heure donne lieu à de nouvelles demandes" explique le représentant de l'enseigne, qui cite la Roumanie, le Viêt Nam, la Bulgarie, ou encore la Colombie. Decathlon est ainsi en lien avec des hôpitaux, comme la Timone à Marseille ou Necker à Paris, ou des équipes de recherche. C'est le cas notamment de l'université de Stanford aux Etats-Unis et de l'Institut Polytechnique de Milan. 

A chaque fois, la marque met gracieusement à leur disposition les plans en 3D de son innovation. Elle fournit aussi à ceux qui le souhaitent ses fameux masques. Mais elle annonce qu'elle ne relancera pas spécialement sa production. "Cet élan auquel on assiste à travers le monde, il ne s'agit pas de le transformer en événement commercial", souligne Xavier Rivoire, Decathlon dit avoir des stocks suffisants, ses magasins étant fermés. La marque va, dans un premier temps, utiliser les masques de ses entrepôts, notamment celui de Lompret, dans la métropole lilloise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu