Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le message d'une famille auvergnate en confinement à Shanghai : "Respectez les règles"

Alors que le confinement a été prolongé de quinze jours en France, la famille Chapelon, originaire d'Auvergne, sort tout juste du sien, à Shanghai, en Chine.Témoignage éclairant sur notre manière de rester confiné.

La famille Chapelon, à Shanghai (Chine) La famille Chapelon, à Shanghai (Chine)
La famille Chapelon, à Shanghai (Chine)

Le confinement, ça les connait. Les Chapelon le vivent à Shanghai depuis janvier dernier et le nouvel an chinois. La petite famille, Céline (45 ans), Rémi (43 ans), et les deux jeunes filles Amélie (17 ans) et Eudoxie (12 ans), a pris ses quartiers en juillet 2018 dans la municipalité chinoise. Au total, dans le pays, ce sont 25 millions de personnes qui se sont calfeutrées à domicile**.** "Ça n'a jamais été une quarantaine stricte, puisque nous n'avons jamais été malades" raconte Céline, "mais la population en général a été mise sous quarantaine, la municipalité laissant chaque quartier et résidence la mettre en place". Cela signifie surveillance, prise de température mais aussi empêcher les gens de sortir au tout début et port du masque. 

Publicité
Logo France Bleu

"Ce qui était anxiogène au début, c'était le fait de ne pas pouvoir sortir !" 

Un message à leurs compatriotes

Malgré tout, la petite famille a réappris à vivre ensemble : "on a ressorti les jeux vidéos, les jeux de société. On a pas paniqué car on pouvait se faire livrer nos courses. Ce qui était le plus dur, c'était vraiment le fait de ne pas pouvoir sortir" estime la maman, qui a grandi dans les Vosges mais aussi à Thiers, dans le Puy-de-Dôme.

Shanghai a finalement été très peu touché par l’épidémie. 338 cas ont détectés et trois personnes sont décédées. Les autorités lèvent progressivement le confinement, puisque samedi, plus de 200 cinémas ont ré-ouvert leurs portes . "La vie n'est pas normale, on porte encore des masques, mais c'est agréable. Pourtant, quand on regarde l'Europe, on s'affole un peu". Céline parle de quelques remarques vues sur les réseaux sociaux. "La quarantaine s'impose à tout le monde. Vaut mieux prévenir que guérir. Les gens pensent aussi qu'ils sont protégés alors que non !"

Un retour en France incertain

Depuis une semaine, Rémi, originaire de Dunières, en Haute-Loire, a pu reprendre son travail dans une entreprise de conditionnement de produits cosmétiques,. Leurs deux filles suivent leurs cours de l'école internationale par correspondance. La plus grande devait d'ailleurs passer le bac. "Mais les examens internationaux ont été annulés, ce qui signifie qu'elle aura son bac via le contrôle continu." Elle devra rentrer à l'université mais pour l'instant elles sont fermées, ce qui fait naître quelques angoisses. "On attend de voir comment évolue la crise"

Les Chapelon avait prévu de rentrer en France cet été, un voyage pour l'instant avorté. Les outils numériques permettent à la petite famille de prendre des nouvelles de leurs proches dans leur pays natal. Certains sont contaminés. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu