Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le nombre d'arrêts maladie explose dans le Territoire de Belfort

mercredi 25 juillet 2018 à 17:46 Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Depuis plusieurs années, les arrêts maladie sont en constante augmentation dans le Territoire de Belfort. En 2007, leur nombre a explosé, avec une hausse de 8,4%. Le département se situe bien au dessus de la moyenne régionale et nationale dans ce domaine.

Dans le Territoire de Belfort, la hausse des arrêts maladie est deux fois plus importante que la moyenne nationale
Dans le Territoire de Belfort, la hausse des arrêts maladie est deux fois plus importante que la moyenne nationale © Radio France - Manon Klein

Territoire de Belfort, France

Les piles de fiches d'arrêts maladie n'en finissent pas de s'entasser sur les bureaux de la CPAM du Territoire de Belfort. En 2017, les arrêts ont augmenté de 8,4%, le double de la moyenne nationale. Pour l'assurance maladie dans le département, la douloureuse s'élève à 20 millions d'euros pour l'année 2017. Et la tendance n'est pas à la baisse. Pour lutter contre cette augmentation, la CPAM renforce ses actions d'information et de contrôle, et lance de nouveaux dispositifs.

Les raisons

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette hausse des arrêts maladies. D'abord localement, les secteurs d'emplois sont plus propices aux arrêts maladie. Le nord Franche-Comté accueille une forte activité industrielle, ce qui implique un grand nombre d'emplois "physiques", où le corps s'use rapidement.

Si on a un secteur tertiaire développé, avec beaucoup d'emplois dans des bureaux, l'activité est moins rude, et c'est plus facile de reprendre son activité après un arrêt maladie. Alors que sur du travail soit dans les travaux publics, soit dans les usines, c'est plus compliqué. - Helga Goguillot, directrice de la CPAM du Territoire de Belfort

Bien sûr, le secteur d'activité seul ne peut expliquer cette explosion du nombre d'arrêts maladie. Il faut également prendre en compte le fait que les salariés partent aujourd'hui plus tard à la retraite. Or plus on vieillit, plus on a recours aux arrêts maladie (on est logiquement généralement en moins bonne santé, et plus fragile que quand on est jeune), comme on peut l'observer sur le graphique ci-dessous.

Dernière piste pour expliquer la hausse continue des arrêts maladie : l'explosion des arrêts pour raisons médico-psychologique, ou autrement dit des "burn out". Le phénomène est relativement nouveau, en tout cas au niveau de la reconnaissance médicale. 

Les "remèdes"

Pour stopper la hausse des arrêts maladie dans le Territoire de Belfort, la CPAM mise tout d'abord sur la prévention, et une meilleure information des différents acteurs. A titre d'exemple, une campagne nationale d'information sur la lombalgie - responsable de près de 30% des arrêts maladie de plus de 6 mois - a été organisée. 

La CPAM mise ensuite sur l'accompagnement des professionnels de santé. Des grilles qui recensent de nombreuses maladies et pathologies ont ainsi été établies, avec à chaque fois le nombre de jour d'arrêts préconisés.

Le dernier mode d'action, ce sont les contrôles. Ils sont accentués depuis plusieurs années, aussi bien du côté des salariés que des professionnels de santé. Il n'existe pas de chiffre officiel sur les abus, volontaires ou non, relatifs aux arrêts maladie. Si les contrôles sont de plus en plus fréquents, les moyens qui y sont affairés, eux, n'augmentent pas (voire baissent).

Nouveauté cette année : la CPAM va passer à la loupe les entreprises du nord Franche-Comté. L'objectif est de voir si certaines d'entre elles présentent des taux d'absence atypiques, pour ensuite travailler avec elles. Un premier bilan devrait être établi d'ici début 2019.