Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le nombre d'intoxications à la cocaïne a été multiplié par six en six ans

vendredi 26 janvier 2018 à 10:11 Par Magali Fichter, France Bleu

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé s'alarme, ce jeudi, du nombre d'intoxications à la cocaïne. Il est passé de 68 cas signalés en 2010 à 416 en 2016. Le nombre de cas graves, quant à lui, a été multiplié par huit.

Le nombre de décès liés à la consommation a augmenté : cette drogue a tué 25 personnes en 2010, et 44 personnes en 2015.
Le nombre de décès liés à la consommation a augmenté : cette drogue a tué 25 personnes en 2010, et 44 personnes en 2015. © Maxppp -

Un signal d'alarme lancé par l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), ce jeudi : le nombre de cas signalés d'intoxication à la cocaïne a été multiplié par six entre 2010 et 2016. Sur la même période, le nombre de cas grave a été multiplié par huit.

Le nombre de décès a quasiment doublé en cinq ans

En France, nous sommes passés de 68 cas en 2010 à 416 en 2016. L'augmentation est "majeure entre 2015 et 2016 et semble se maintenir en 2017", précise l'Agence du médicament. Le nombre de décès liés à la consommation a lui aussi augmenté : la cocaïne a tué 25 personnes en 2010, et 44 en 2015.

Autre chiffre inquiétant : le nombre d'hospitalisations a doublé entre 2008 et 2016 : les complications les plus fréquentes sont psychiatriques (35%), cardiovasculaires (30%) et neurologiques (27%), toujours selon l'ANSM.

Un produit plus "pur" et plus facile à se procurer

Pourquoi une telle hausse ? Cela pourrait être lié à "l’augmentation de la concentration du produit vendu", c'est-à-dire de la "pureté" de la cocaïne, et à "sa plus grande disponibilité", explique l'ANSM.