Santé – Sciences

Le nombre de cas de syphilis explose en Corrèze

Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin jeudi 21 janvier 2016 à 19:13

Le préservatif est la meilleure protection contre la syphilis.
Le préservatif est la meilleure protection contre la syphilis. © Maxppp - Ton Koene

On aurait pu la croire disparue. Mais la syphilis revient, et même en force. Cette recrudescence a été constatée de façon très importante à Brive notamment l'an dernier avec une quarantaine de cas. Un dispositif de lutte a été mis en place.

Le retour de la syphilis est observé depuis le début des années 2000 partout dans le monde. Mais s'il concernait surtout les grandes métropoles jusqu'à présent, il arrive désormais dans les villes moyennes. Le docteur Bruno Abraham, spécialiste des maladies infectieuses au centre hospitalier de Brive, parle même d'une "explosion".__* "Nous avions un ou deux cas en 2013 , 2014. En 2015 nous avons une forte augmentation avec une quarantaine de personnes soignées."* précise-t-il. Les personnes touchées sont essentiellement des hommes, autour de 40 ans, avec une forte proportion d'homosexuels. "La reprise de l'épidémie se fait d'abord en lien avec le VIH" explique Bruno Abraham.

Le dépistage est primordial

Ce retour peut s'expliquer par le relâchement dans le port du préservatif. Mais aussi par le mode de transmission de la syphilis, beaucoup plus rapide que celui du sida par exemple. Un simple contact un peu prolongé suffit. Le premier symptôme est l'apparition d'une lésion cutanée au niveau des muqueuses du sexe ou de la bouche dans le cas d'une transmission lors d'une fellation. "Une simple piqûre de pénicilline suffit pour guérir" explique le docteur Abraham. Si elle faite au début de la maladie. D'où l'importance du dépistage pour Bruno Abraham. C'est la raison pour laquelle le CEGIDD a été créé en Corrèze. Il s'agit d'un centre d'information et de dépistage des maladies sexuellement transmissibles qui associe les trois hôpitaux corréziens et les associations Aides et Entr'AIDSida.On peut y consulter anonymement.