Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le parcours du combattant des parents d'enfants autistes dans les Alpes-Maritimes

-
Par , France Bleu Azur

Le congrès international de l'autisme se tenait pour la première fois à Nice du 13 au 15 septembre. Il a permis de dénoncer une nouvelle fois les difficultés que connaissent les personnes atteintes de troubles autistiques dans le département des Alpes-Maritimes comme dans le reste de la France.

En France, 700 000 personnes ont un trouble autistique, dont 100 000 enfants
En France, 700 000 personnes ont un trouble autistique, dont 100 000 enfants © Maxppp -

Alpes-Maritimes, France

Être parent d'un enfant autiste relève d'un véritable parcours du combattant. C'est notamment ce qui ressort du Congrès international de l'autisme qui a eu lieu à Nice du 13 au 15 septembre. Les difficultés commencent dès les premiers signes de ce trouble. 

"Quand je me suis rendue compte que quelque chose n'allait pas chez mon fils, je suis allée voir ma pédiatre. Elle a tout de suite repéré un trouble autistique, mais j'ai dû attendre six mois pour avoir un rendez-vous dans un centre de ressource de l'autisme", explique Maria, la mère d'un petit garçon de huit ans. Elle a pu obtenir un rendez-vous grâce à l'aide de son médecins, mais certaines familles attendent entre un et deux ans.

Un manque de structures

Ces délais d'attente s'expliquent par le manque de structures et de personnel dans les centres de ressource de l'autisme. Dans les Alpes-Maritimes, par exemple, il n'y en a qu'un seul, à l'hôpital Lenval à Nice.  Or, le diagnostique réalisé par ces centres est essentiel pour que les enfants autistes puissent aller à l'école ou pour que leurs frais médicaux soient remboursés. 

Un trouble encore mal reconnu

À tout cela s'ajoute souvent la solitude des parents face au corps médical. "Certains médecins m'ont dit que mon fils était juste feignant, qu'il allait très bien, mais qu'il ne fallait pas le mettre à l'école parce qu'il était à côté de la plaque", s'indigne Maria, avant d'ajouter que dans la rue ou les transports en commun, certaines personnes sont très agressives et n'acceptent pas le handicap de son fils. 

Les associations comme Autisme France, qui organisait le congrès à Nice, dénoncent ce retard dans les mentalités au sein de la population, et plus précisément au sein des corps médicaux, éducatifs et étatiques. En France, seuls 30% des enfants présentant des troubles autistiques sont scolarisés en maternelle, selon les centres d'action médico-sociale précoce (CAMSP). 

Choix de la station

France Bleu