Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Parlement interdit l'usage détourné du protoxyde d'azote ou "gaz hilarant"

-
Par , France Bleu

Le Parlement a adopté définitivement mardi un texte visant à lutter contre l'usage détourné, en particulier chez les jeunes, du protoxyde d'azote, un gaz dit "hilarant" lourd de risques pour la santé.

Le Parlement interdit l'usage détourné du protoxyde d'azote ou "gaz hilarant" (illustration).
Le Parlement interdit l'usage détourné du protoxyde d'azote ou "gaz hilarant" (illustration). © AFP - Myriam Tirler / Hans Lucas

Protéger les mineurs des usages dangereux du protoxyde d'azote, dit "gaz hilarant". C'est l'objectif du texte adopté définitivement par le Parlement ce mardi. Déposé par la sénatrice du Nord, Valérie Létard (Union centriste), et plus de 90 de ses collègues, il prévoit de punir de 15.000 euros d'amende "le fait de provoquer un mineur à faire un usage détourné d'un produit de consommation courante pour en obtenir des effets psychoactifs".

Dans le viseur des élus, le protoxyde d'azote. Ce gaz à usage médical peut aussi se trouver dans le commerce et sur Internet sous forme de cartouches ou bonbonnes, par exemple pour les siphons de crème chantilly. Ses effets nocifs potentiels pour la santé sont nombreux : vertiges ou perte de connaissance mais aussi troubles respiratoires, cardiaques ou neurologiques.

Les jeunes de plus en plus consommateurs

Selon la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), plusieurs dizaines de cas graves ont été recensés au cours des dernières années, notamment chez les jeunes.

Le texte interdit donc "de vendre ou d'offrir à un mineur du protoxyde d'azote, quel qu'en soit le conditionnement". Les sites de commerce en ligne doivent de leur côté spécifier l'interdiction de vente aux mineurs de ce produit. D'autres dispositions visent à interdire la vente à toute personne, mineure ou pas, de ce gaz dans les débits de boisson et de tabac. Il prohibe aussi la vente de produits pouvant servir à le fabriquer pour "en obtenir des effets psychoactifs". 

Le secrétaire d'État à l'Enfance et la Famille Adrien Taquet s'est félicité de cette adoption "qui porte un message puissant de prévention et de protection des mineurs".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess