Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le pass sanitaire entre en vigueur au parc animalier et botanique de Branféré

-
Par , France Bleu Armorique

Depuis ce mercredi 21 juillet au matin, les visiteurs majeurs doivent présenter un pass sanitaire pour accéder au parc animalier et botanique de Branféré (Morbihan). Pour ceux qui ne l'auraient pas, le parc propose de réaliser un test antigénique sur place.

Les agents du parc de Branféré vérifient le pass sanitaire des visiteurs majeurs à l'entrée
Les agents du parc de Branféré vérifient le pass sanitaire des visiteurs majeurs à l'entrée © Radio France - Maureen Suignard

La couleur est annoncée dès l'entrée du parc. Un panneau rouge sur lequel est inscrit "Pass sanitaire obligatoire à partir de 18 ans" accueille les visiteurs. "J'ai mes deux vaccins et ma fille de 17 ans a une dose, donc on est tranquille pour l'été", se réjouit Audrey avec son pass sanitaire sur son téléphone. Ce pass est pour le moment demandé aux majeurs et permet de prouver une vaccination complète de plus d'une semaine, un test covid négatifs de moins de 48 heures ou bien une preuve de contamination au coronavirus de moins de 6 mois.

Les visiteurs, qui viennent habituellement par milliers à cette période de l'année, doivent donc présenter leur QR code aux agents du parc ainsi qu'une pièce d'identité. Ces derniers utilisent une application sur leur téléphone portable pour scanner les attestations. Cette nouvelle mesure sanitaire était bien accueillie par les visiteurs présents ce matin. "Je viens de montrer mon certificat de vaccination, c'est très rapide", raconte Claude venue avec sa petite fille, "je trouve ça tout à fait normal et j'aimerais que tout le monde le fasse bien, sans rechigner", ajoute-t-elle. 

Cela ne fonctionne cependant pas toujours du premier coup, les agents comme les visiteurs se rodent encore au dispositif. Le pass n'est pas toujours valide, certains sont par exemple vaccinés depuis moins d'une semaine. Le parc a donc décidé de mettre en place un barnum pour offrir la possibilité au public de se faire tester. 

Des tests antigéniques disponibles sur place

"Notre crainte était que tout ceux qui ne sont pas vaccinés ou ne veulent pas faire de tests ne viennent pas", confie Frédéric Jayot, directeur général de Branféré. " Nous avons mis en place une possibilité de faire des tests sur place, ce qui donne un joker à ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui n'ont pas fait le test sous 48 heures. On a trouvé un partenariat avec des infirmières libérales et on a installé une petite tente," ajoute Frédéric Jayot.  Il faut ensuite attendre une quinzaine de minutes et si le test est négatif chacun peut entrer à l'intérieur du parc. 

Un barnum pour pratiquer des tests antigéniques est installé à l'entrée de parc est installé
Un barnum pour pratiquer des tests antigéniques est installé à l'entrée de parc est installé © Radio France - Maureen Suignard

Le parc de Branféré, en lien avec l'Agence Régionale de Santé, a pu se procurer 2.000 tests pour le moment mais n'est pas sûr de pouvoir les réaliser tous les jours. "On va tout faire pour avoir au moins une infirmière libérale tous les jours, mais il n'y aura aucune garantie. C'est difficile, elles sont beaucoup sollicitées", précise Arnaud Mauguin, le directeur d'exploitation commerciale du parc.

Après les annonces d'Emmanuel Macron le 12 juillet dernier, le parc a dû se préparer très rapidement à ce changement de protocole sanitaire. Frederic Jayot espère que la suite de la saison n'est pas compromise. "Honnêtement je suis quand même un peu inquiet _pour la fréquentation du mois d’août parce que c'est un mois très important où l'on fait à peu près 30, 35% de notre fréquentation annuelle_. Si on le rate, c'est l'année qui est foutue", ajoute Frédéric Jayot. Mais le directeur assure aussi rester optimiste et espère que le public sera au rendez-vous. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess