Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Le passage à l'heure d'été en plein confinement : les conseils d'un spécialiste du sommeil du CHU de Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Le passage à l'heure d'été passe presque inaperçu pendant cette période de confinement. L'essentiel pour les spécialistes du sommeil c'est de maintenir un rythme de vie au quotidien. C'est le conseil primordial d'un neurologue du CHU de Limoges.

Il faut garder autant que possible son rythme de sommeil prévient le docteur Khalil neurologue au CHU de Limoges
Il faut garder autant que possible son rythme de sommeil prévient le docteur Khalil neurologue au CHU de Limoges © Maxppp - Julio Pelaez

"Ce changement d'heure n'aura pas de réel impact sur le sommeil" pour le docteur Mohamed Khalil, neurologue et spécialiste du sommeil au CHU de Limoges. Beaucoup moins que le confinement car on fait moins d'activité physique pourtant propice au sommeil. "Il faut donc continuer à la maison en faisant un peu de gymnastique par exemple avec les enfants dans le salon , et il faut surtout conserver les mêmes habitudes de sommeil, et ne pas les décaler... car quand il faudra reprendre son rythme habituel de vie ce sera difficile" explique le docteur Khalil qui reconnait néanmoins que cette période anxiogène peut créer des difficultés chez certaines personnes.

Un suivi psychologique sera parfois nécessaire

Il faut rythmer et structurer sa journée explique encore le docteur Khalil "faire des pauses, et surtout éviter les écrans, les tablettes au moins deux heures avant d'aller dormir". Mais dans le contexte actuel certaines personnes sont plus fragiles et vulnérables. "Tout dépend de la personnalité psychique de la personne" et il n'exclut pas au terme de cette crise sans précédent de voir arriver de nouveaux patients. "C'est tout à fait possible car certains vivent très mal la solitude, et il y aura besoin d un soutien psychologique car le sommeil est le reflet de notre personnalité et de notre vécu du moment", conclut le médecin.f

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu