Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le personnel du service long séjour de l'hôpital d'Avignon en grève illimité

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu
Avignon, France

Le service long séjour de l'hôpital d'Avignon accueille principalement des personnes âgées atteintes de pathologies lourdes. Son personnel s'est mis en grève vendredi. Les grévistes demandent davantage de moyens pour pouvoir faire correctement leur travail.

Les grévistes et leur banderole : tête-cul on n'en veut plus
Les grévistes et leur banderole : tête-cul on n'en veut plus © Radio France - Benjamin Billot

Dans le vocabulaire - parfois cru - des aides - soignants, une "toilette tête-cul" est une toilette minimum. Une toilette que l'ont fait rapidement aux patients, car on n'a pas le temps. Alors on ne lave que l'essentiel : le haut et le bas...

Dans une grande banderole accrochée sur le bâtiment du service long séjour de l'hôpital, les salariés grévistes ont écrit :

"Tête-cul on n'en veut plus !"

Aujourd'hui, ils ont l'impression de mal faire leur travail, faute de temps. Graziella Lovera, infirmière et membre du secrétariat de la CGT Vaucluse, exprime ce sentiment :

"Nous avons l'impression de bâcler notre travail. Il y a une frustration des soignants quand ils sortent du boulot. On n'apporte pas suffisamment notre attention aux patients. Nous avons des patients déments, avec qui il faut prendre du temps."

En conséquence, les grévistes demandent à la direction l'embauche d'une infirmière supplémentaire.

Le directeur de l'hôpital, Jean-Noël Jacques, ne nie pas la "lourdeur" de la charge de travail dans ce service. Mais il répond que l'Agence régionale de santé définit précisément combien de salariés l'hôpital peut embaucher :

"Il s'agit de budgets bien spécifiques qui sont encadrés par les autorités de tarifications qui sont l'ARS et le Conseil départemental. Ces budgets nous autorisent un volume de personnel avec un tableau des effectifs bien précis."

Les salariés sont en grève jusqu'à nouvel ordre. Le service fonctionne grâce aux salariés assignés par la direction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess