Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dans l'Indre, le Poinçonnet inaugure sa nouvelle maison médicale... très attendue

jeudi 16 novembre 2017 à 4:34 - Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017 à 10:12 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Une jeune médecin généraliste vient de s'installer au Poinçonnet dans la nouvelle maison médicale où seront accueillis à terme sept praticiens.

Quelques 80 personnes (élus, habitants et journalistes) ont assisté à l'inauguration jeudi 15 novembre.
Quelques 80 personnes (élus, habitants et journalistes) ont assisté à l'inauguration jeudi 15 novembre. © Radio France - Jonathan Landais

Le Poinçonnet, France

Du textile au médical. La nouvelle maison médicale du Poinçonnet s'est installée dans l'un des bâtiments de l'ancienne usine de confection textile Sovinco, au numéro 10 de la rue des Pinsonnets. 400 m² de locaux, un studio pour les internes, à côté d'un vaste parking... La réalisation - qui a coûté environ 630.000 euros - a été confiée l'OPAC 36, le bailleur social. A terme, ce sont sept professionnels de santé qui pourront y être accueillis, cinq sont déjà en cours d'installation, pour le plus grand bonheur des habitants.

Il y avait la queue le jour de mon installation"

Parmi les nouveaux arrivants, le Docteur Cécile Rouchy, jeune généraliste de 31 ans originaire d'Auvergne, formée à la faculté de Clermont. Elle travaillait jusqu'ici au service des Urgences de l'hôpital de Châteauroux et souhaitait s'installer en libéral. "J'aurais pu rester aux Urgences après il y a un autre paramètre qui entre en jeu, c'est la vie de famille et quand on est urgentiste ce n'est pas évident de concilier vie professionnelle et vie de famille", confie-t-elle.

"Il y a avait énormément de monde le jour de mon installation (...) le premier patient que j'ai vu m'a dit qu'il était présent depuis 6h du matin alors que j'ouvrais à 8h30 (...) c'est une anecdote mais je trouve bien triste que les gens puissent attendre dans le froid, ça montre vraiment la détresse des patients, le stress de ne pas pouvoir être suivi (...) les premiers patients que j'ai vus n'avaient plus de médecin pour certains depuis 3 ans".

Une sage-femme au Printemps

Voici dans le détail la liste des praticiens annoncés : une médecin généraliste (Cécile Rouchy déjà installée depuis le 9 octobre), une ostéopathe (déjà installée), une orthophoniste (déjà installée), une diététicienne (elle arrive début janvier de Paris), une sage-femme (annoncée pour mars ou avril). La municipalité recherche encore un kinésithérapeute et un deuxième médecin généraliste.

Pour faciliter leur installation, la ville paiera le chauffage et l'entretien des parties communes pendant trois ans, à raison de 15.000 euros par an. "Il n'y a que des nouveaux arrivants, comme leur installation se fait de manière progressive, les rentrées pour l'OPAC sont également progressives (les médecins payent un loyer à l'OPAC NDLR), d'où cette aide financière de la ville" explique le maire du Poinçonnet Jean Petitprêtre.