Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avec la prudence et le vaccin, la troisième vague de Covid-19 peut être évitée à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

L'épidémie de Covid-19 marque bel et bien le pas à Toulouse mais ce n'est pas le moment de relâcher notre vigilance, avec les rassemblements qui se préparent pour les fêtes de fin d'année. Voilà en substance le message que le directeur du CHU Purpan et ses équipes entendent faire passer.

Le CHU Purpan de Toulouse se prépare à l'arrivée du vaccin contre le Covid-19 début janvier 2021.
Le CHU Purpan de Toulouse se prépare à l'arrivée du vaccin contre le Covid-19 début janvier 2021. © Radio France - Bénédicte Dupont

Les personnels du CHU Purpan à Toulouse vont pouvoir souffler un peu pendant les fêtes de fin d'année. "Les congés ont été planifiés en conséquence même si on a évidemment quelques unités qui vont restées ouvertes pour accueillir les patients Covid", précise le coordinateur des soins et responsables des organisations paramédicales. "Les professionnels du CHU ont été admirables pendant toute cette année", renchérit le directeur de l'hôpital, Marc Penaud. 

Moins de 100 patients hospitalisés pour Covid-19

Aujourd'hui, le taux de positivité au Covid-19 enregistré via les tests réalisés par le CHU de Toulouse est d'environ 5%, un chiffre inférieur à la moyenne nationale. Chiffre qui se ressent dans le nombre d'hospitalisations. "Depuis quelques jours, on est passés sous les 100 patients atteints de Covid-19 hospitalisés", explique le directeur général du centre hospitalier toulousain. 89 personnes sont à l'heure actuelle entre les mains des soignants du CHU de Toulouse, dont 34 en réanimation et soins intensifs. "La deuxième vague a été beaucoup plus dense que la première", décrit Marc Penaud. Depuis la première vague, 1.700 patients sont passés par l'hôpital à Toulouse. 205 n'ont pas survécu. Et le pic de la deuxième vague a été enregistré le 11 novembre avec 200 patients hospitalisés. 

Le nombre de clusters au sein des personnels soignant lui aussi est en baisse. Il n'y a plus qu'un cluster actif au sein du CHU ce 18 décembre. Mais même si la situation épidémiologique est un petit peu plus favorable à Toulouse comparativement à d'autres régions de France, "on reste vigilants", assurent les professionnels. Et surtout, ils savent qu'on entre "dans une période critique" et que ce n'est pas le moment de relâcher la vigilance. "Il est important de faciliter l'accès à la réalisation d'un test", assure encore le professeur Jacques Izopet. Même si, insiste-t-il : "le plus important est de respecter les mesures barrières". Pendant les fêtes, les drive sont maintenus à Purpan et Rangueil, y compris les matinées de Noël et du jour de l'An. Cette semaine, 650 tests ont été réalisés en moyenne, chaque jour, soit le double de ce qui était fait la semaine précédente. Et il s'attend à monter jusqu'à 900 tests par jour à mesure qu'on s'approche des réveillons. 

L'importance de ne pas baisser la garde et de se faire vacciner

Comme depuis le début de cette crise sanitaire, le CHU de Toulouse s'appuie aussi sur le travail de la chercheuse Chloé Diméglio, qui à l'appui de ses modèles estime l'évolution de l'épidémie. Elle assure que le taux de positivité qui était de 15% avant la mise en place du deuxième confinement, descendu ensuite à 5% montre depuis le 28 novembre dernier et la réouverture des magasins des signes de remontée. "La décroissance s'est atténuée", assure-t-elle. 

Plus on va se comporter de façon peu raisonnable et plus le virus va circuler sur Toulouse - Chloé Diméglio, chercheuse au CHU Purpan

Selon ses études et le modèle sur lequel elle s'appuie - avec ses réserves -, dans l'hypothèse où aucune nouvelle mesure ne serait prise d'ici là et où le confinement serait encore assoupli à partir du 20 janvier 2021, comme le président de la République l'a imaginé, le taux de positivité pourrait remonter à 15% début mars à Toulouse, soit son taux avant le deuxième confinement. Dans ce cas, comment garder le contrôle de l'épidémie ? En vaccinant à peu près 9% de la population de l'aire urbaine, dans les trois premiers mois, selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé et en continuant à respecter scrupuleusement les gestes barrières, "on arriverait à stabiliser la circulation à 10%". "Plus on va se comporter de façon peu raisonnable et plus le virus va circuler sur Toulouse", conclut la chercheuse.

Les différentes phases de vaccination annoncées au CHU de Toulouse

La vaccination doit démarrer auprès des publics prioritaires à partir du 4 janvier. Il s'agira d'abord de vacciner les résidents des EHPAD et les patients des USLD (Unités de Soins Longue Durée) ainsi que personnels de ces structures de plus de 65 ans ou qui présentent des comorbidités. Viendra ensuite le tour des patients les plus âgés et des soignants de plus de 50 ans et ceux qui présentent eux aussi des comorbidités. Le CHU va se doter d'un congélateur dédié, qui pourra contenir un grand nombre de doses pour les établissements qui relèvent de la compétence de l'hôpital toulousain. "Les équipes logistiques et médicales sont à pied d'oeuvre pour anticiper et sécuriser campagne de vaccination", affirme le directeur du CHU, Marc Penaud.

Les EHPAD en priorité

Ce sont bien les EHPAD qui ont payé et qui paient encore le plus lourd tribut de cette crise sanitaire. La situation est stabilisée depuis 15 jours dans les établissements d'hébergement pour les personnes âgées et dépendantes. A la date du 18 décembre, il y a encore 20 clusters actifs en Haute-Garonne et 30 situations où au moins 1 cas est enregistré. Plus de 1.600 résidents ont contracté le Covid-19, dans le département, depuis le 17 octobre dernier et 941 soignants. Certaines maisons de retraite ont vécu trois ou quatre épisodes. Seuls 19 EHPAD ont été totalement épargnés par la deuxième vague de l'épidémie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess