Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

22 personnes contaminées par la Covid-19 hospitalisées à Bayonne

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le centre hospitalier de la côte basque est prêt à faire face à une recrudescence des cas de coronavirus, assure son directeur Michel Glanes. Actuellement, 22 patients sont hospitalisés à Bayonne dont quatre en réanimation, mais l'établissement maintient toutes les autres activités pour l'instant.

L'hôpital de Bayonne est prêt à faire face à une 2ème vague
L'hôpital de Bayonne est prêt à faire face à une 2ème vague © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Invité de France Bleu Pays Basque, le directeur du centre hospitalier de la côte basque Michel Glanes fait le point sur la situation épidémiologique au Pays Basque.

Recrudescence des cas de Covid-19

A ce jour, 22 patients positifs sont pris en charge par le centre hospitalier de la côte basque, dont quatre cas grave en service de réanimation. Deux personnes ont succombé depuis le mois de juillet, ce qui porte à 15 le nombre de décès au Pays Basque depuis le début de la pandémie.

Nous avons cinq lits disponibles en réanimation pour la phase 1 du dispositif

La direction de l'hôpital note une augmentation considérable du nombre de cas positifs : "12% de positivité au centre de dépistage de l'hôpital" décrit Michel Glanes. Pour l'instant, l'établissement reste en phase 1 du dispositif, aucune opération n'est déprogrammée. 

On est loin des chiffres du printemps dernier où le centre hospitalier de la côte basque avait totalisé 326 patients, 23 en réanimation. A l'époque, deux unités spécifiques avaient été mises en place contenant 13 lits chacune ainsi que sept lits dédiés aux enfants.

Michel Glanes, directeur du Centre Hospitalier de la Côte Basque
Michel Glanes, directeur du Centre Hospitalier de la Côte Basque © Radio France - Oihana Larzabal

Dispositif mis en place

Les quatre patients Covid-19 sont actuellement dans une zone spécifique en réanimation. L'hôpital dispose également de dix lits dans le service des maladies infectieuses et de trois autres en unité post-gériatrique. "Cela ne concerne que les cas graves" explique le directeur, "pour les formes asymptomatiques, nous pouvons faire cohabiter les patients Covid et non Covid".

Nous arrivons quasiment au seuil de saturation de la première phase de prise en charge

Pas de déprogrammation massive

La recrudescence des cas n'a entraîné aucune déprogrammation d'opération chirurgicale ou médicale. Et le directeur espère bien continuer ainsi puisque contrairement au printemps dernier, le centre hospitalier ne reçoit désormais plus que les cas graves. Les patients Covid-19 restent dans leur établissement s'ils sont asymptomatiques, qu'il s'agisse des cliniques privées ou des Ehpad. "Si le nombre de cas était amené à augmenter considérablement, on serait amené à déprogrammer mais la déprogrammation ne sera pas massive" promet Michel Glanes, "elle se fera au cas par cas et avec un prise en charge".

Effectifs de l'hôpital

Si l'hôpital est prêt à faire face à une augmentation des cas de Covid-19, l'épidémie a des conséquences non négligeables sur le personnel. "Nous avons une cinquantaine de personnes en éviction" raconte le chef d'établissement. Comprenez par là qu'elles ne peuvent se rendre sur leur lieu de travail car touchées par le virus ou cas contact. Il y a de plus 63 salariées enceintes arrêtées dès le premier trimestre de grossesse. "Cela fait un taux d'absentéisme qui frôle les 11%" selon Michel Glanes, "c'est 1,5 point supplémentaire en lien avec cette pathologie".

Michel Glanes, directeur du CHCB, invité de France Bleu Pays Basque

Choix de la station

À venir dansDanssecondess