Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

INSOLITE - Le premier crâne du mastodonte des Pyrénées découvert dans le Comminges

mercredi 11 juillet 2018 à 16:39 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

Découverte majeure réalisée aux confins de la Haute-Garonne et du Gers, un crâne presque entier du mastodonte des Pyrénées a bien été mis à jour, une espèce endémique dont jusque là on n'avait que quelques traces relevées il y a 160 ans.

Ce crâne de gomphoterium a 13 millions d'années.
Ce crâne de gomphoterium a 13 millions d'années. © Radio France - Bénédicte Dupont

L'Isle-en-Dodon, France

Le Muséum de Toulouse a enfin levé le voile. Quatre ans après la découverte de ce crâne sur le terrain d'un exploitant agricole dans un tout petit village près de l'Isle-en-Dodon (Haute-Garonne). Et dix mois après les fouilles. Jusque là, seuls quelques morceaux du "gomphoterium"des Pyrénées, trouvées il y a 160 ans avaient été étudiées. Il s'agit donc d'une espèce mystérieuse, cousine de l'éléphant qui vivait dans le Comminges il y a treize millions d'années et dont on ne sait aujourd’hui presque rien.

Le mastodonte a pour particularité d'avoir quatre défenses. - Radio France
Le mastodonte a pour particularité d'avoir quatre défenses. © Radio France - Bénédicte Dupont

"Un crâne de dinosaure"

En 2014, un céréalier réalise des travaux agricoles sur son exploitation, près de l'Isle-en-Dodon, pour l'agrandir. Sa pelle mécanique met à jour un énorme crâne. Il interrompt son chantier, bâche les ossements et cogite. Il finit par être en relation avec un paléontologue amateur, Vivien Riout qui vit non loin de là, près de Martres-Tolosane.  Cet amoureux de la préhistoire du Comminges se déplace alors pour voir ce qu'on lui présente comme "un crâne de dinosaure". Vivien Riout réalise de suite qu'il s'agit d'un gomphoterium, animal commun dans la région. Sauf que cette espèce est bien différente. L'agriculteur, propriétaire légal du crâne, accepte au bout de trois ans que des fouilles soient réalisées et en fait même don au Muséum de Toulouse. 

Vivien Riout a fait réaliser une sculture du Mastodonte, personne n'a d'image plus réaliste de cet animal mystérieux. - Aucun(e)
Vivien Riout a fait réaliser une sculture du Mastodonte, personne n'a d'image plus réaliste de cet animal mystérieux. - Vivien Riout

Il faut rendre hommage à cet agriculteur qui a eu le réflexe de préserver le crâne. Et qui l'a donné à la science. Il aurait pu le vendre aux enchères pour une fortune. — Vivien Riout, l'un des premiers paléontologues amateurs à avoir vu le crâne

Très vite, l'équipe du Muséum fait le lien entre ce crâne pourvu de quatre défenses et les molaires découvertes en 1857 à quelques kilomètres de là. Edouard Lartet qui avait découvert ces dents de pachyderme avait pour la première fois évoqué existence du "mastodonte des Pyrénées". Et depuis, plus rien. Cent soixante années de recherches et rien. Jusqu'à maintenant.

Un cousin de l'éléphant, de la taille de l'éléphant d'Asie

Dans son bloc de plâtre de 600 kilos et 1 mètre 60, le crâne est encore prisonnier du sédiment. Le nettoyage va prendre encore neuf mois. Nu, le poids de ce crâne devrait atteindre 200 kilos. Aussi grand qu'un éléphant d'Asie, ce spécimen diffère des autres gomphoteriums par sa taille, nettement plus petite, par la présence de quatre défenses, deux grandes et deux petites. Si seul le crâne a été retrouvé, c'est sans doute parce que les autres os du corps ont été emportés par les eaux au fil des siècles. Seul le crâne a été fossilisé.

Il faudra encore neuf mois de nettoyage pour parfaitement extraire le crâne. - Radio France
Il faudra encore neuf mois de nettoyage pour parfaitement extraire le crâne. © Radio France - Bénédicte Dupont

C'est la première fois que l'Homme contemple le crâne d'un Mastodonte des Pyrénées, c'est incroyable. Cela faisait 160 ans que les scientifiques remuaient ciel et terre pour trouver d'autres congénères. On se demandait même si il avait bien existé, si les molaires découvertes au XIXe siècle n'étaient pas celles d'un animal difforme. — Pierre Dalous, conservateur du Muséum de Toulouse

Le crâne nécessite encore de nombreux travaux : le dégagement jusqu'au printemps 2019 puis les études scientifiques pour pouvoir situer le mastodonte des Pyrénées dans la lignée des autres gomphotériums. Le grand public ne le verra sans doute pas avant de nombreuses années.