Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Premier ministre en visite au centre de l'Arche, près du Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Edouard Philippe se rend ce vendredi matin au centre de rééducation de l'Arche à Saint Saturnin. Le centre accueille 220 patients handicapés. Certains sont des victimes d'accidents de la route. Mais la réforme du financement de la santé fait grincer les dents d'une partie du personnel de l'Arche.

Des membres du personnel soignant espèrent rencontrer le Premier ministre pour lui faire de la dégradation de leurs conditions de travail
Des membres du personnel soignant espèrent rencontrer le Premier ministre pour lui faire de la dégradation de leurs conditions de travail © Radio France - yann lastennet

Edouard Philippe sera accompagné d'Agnès Buzyn, la ministre de la santé. Cela tombe bien, le personnel de l'Arche les avaient interpellés par courrier le mois dernier pour dénoncer la réforme du financement de la santé. Une tarification à l'acte qui conduit les établissements de soins à se tourner vers les actes les plus rémunérateurs au détriment de la prise en charge des patients estime Sylvie Brunner, infirmière depuis 26 ans au centre de l'Arche et déléguée CFDT. " La prise en charge est de moins en moins bonne. Le week-end, dans certains services, on lève un patient un jour sur deux, pareil pour les pansements qui devraient être remplacés tous les jours. On ne fait pas une toilette complète. On n'a pas le temps. On fait main, visage, toilette intime. C'est plein de petites choses qui créent un malaise chez le personnel".  

Sylvie Brunner travaille à l'Arche depuis 26 ans comme infirmière. Depuis 4 ans, elle voit ses conditions de travail se dégrader

Vincent, le kiné, Sandrine et Sylvie, deux infirmières, ont déjà alerté par courrier la ministre de la santé sur la dégradation de la prise en charge des malades, faute d'argent
Vincent, le kiné, Sandrine et Sylvie, deux infirmières, ont déjà alerté par courrier la ministre de la santé sur la dégradation de la prise en charge des malades, faute d'argent © Radio France - yann lastennet

Sandrine Sergent, une autre infirmière commence à tirer la langue. Elle n'est pas la seule. " Faire plus et plus vite. C'est le mot d'ordre. Sauf que les patients de l'Arche qui sont pour certains lourdement handicapés, demandent du temps. Il y a un protocole à respecter même pour le  personnel soignant qui craque. Il y a de plus en plus d'arrêts, de burn out, de personnel en pleurs après leur journée de travail et çà, c'est tout à fait anormal". 

Sandrine travaille depuis 12 ans à l'Arche. Cette infirmière se plaint du manque de temps pour s'occuper des malades. Elle n''est pas la seule au bord du surmenage

Le nouveau système de tarification pénalise l'offre de soin du centre de l'Arche

Pour faire des économies, le centre de l'Arche fait appel de plus en plus à des intérimaires explique Vincent de la Mare, un des kinés de l'établissement. " Par exemple, un des patients lourdement handicapé a vu défiler 11 kinés en 3 semaines. Ce n'est pas bon pour le suivi du malade. Le budget intérimaire de l'Arche a triplé en 3 ans. On n'a rien contre les intérimaires mais ils sont moins bien formés sur la prise en charge du grand handicap qui est la spécificité de notre centre".    

Vincent de la Mare, un des kinés, explique que le centre de l'Arche fait de plus en plus appel aux intérimaires pour prendre en charge les malades

Xavier Pinel, le directeur du centre de l'Arche
Xavier Pinel, le directeur du centre de l'Arche © Radio France - yann lastennet

Xavier Pinel, le directeur de l'Arche reconnait que les budgets sont serrés. Pire la réforme du financement de la santé pénalise les établissements de soins de longue durée comme l'Arche. " Le nouveau système de tarification ne reconnait pas assez la rééducation très intensive auprès de patients ayant des handicaps sévères et puis c'est un système de financement qui considère qu'on doit quitter très vite les établissements et qui pénalise les établissements qui ont des rééducations longues comme l'Arche. Les tarifs sont minorés par rapport à ce que coûte réellement le traitement qui n'est pas superflus pour ces malades parfois lourdement handicapés". Si cette réforme était menée à terme, le centre devrait réduire son budget de 2.6 millions d'euros selon le directeur du centre, soit 13 % du budget annuel de l'Arche. " Ce qui est inconcevable" termine Xavier Pinel qui compte bien en toucher un mot ce vendredi matin au Premier ministre et à la Ministre de la Santé.

Xavier Pinel, le directeur du centre de l'Arche, déplore que la réforme du financement de la santé pénalisent les établissements de soins de longue durée

Choix de la station

À venir dansDanssecondess