Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le rapport de la Cour des Comptes qui interroge sur l'avenir du CHRU de Tours

vendredi 26 octobre 2018 à 14:26 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

La Cour des Comptes dans un rapport recommande de ne retenir que 12 CHRU en France. Celui de Tours pourrait ne pas en faire partie, ce qui fragiliserait l'avenir de la Métropole. Le détail de ces recommandations sera connu en novembre.

Le président du Conseil Départemental d'Indre-et-Loire
Le président du Conseil Départemental d'Indre-et-Loire - Conseil Départemental d'Indre-et-Loire

Tours, France

Dans une communication politique parfaitement huilée, le président du Conseil Départemental, en bon routard de la politique, a brandi ce vendredi matin au cours de la session du Conseil Départemental d'Indre-et-Loire, une pancarte (la main de SOS Racisme) où l'on pouvait lire "Touche pas à mon CHU".

Alors qu'un programme de travaux de 320 M€ est prévu d’ici 2025 pour regrouper le CHRU de Tours sur deux sites, Jean-Gérard Paumier s'est montré inquiet concernant une réflexion consistant à limiter à 12 le nombre de CHRU en France. Le CHRU de Tours fait partie du panel des CHRU audités par la Cour des Comptes qui dans un premier rapport, recommande de favoriser la concentration des activités de soins et de recherche dans les 5 à 10 plus gros CHU (dans l’ordre, selon le nombre de séjours : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Lille, Strasbourg, Nantes, Rouen, Rennes ?, Grenoble ?, Tours ?) en instaurant des seuils minimaux d’activité ou de publications. On devrait connaître le détail de ces propositions en novembre dans un second rapport. 

Si cette proposition doit concourir à limiter la dispersion de moyens sur les activités de pointe et sur les unités de recherche, l’organisation prônée par la Cour nous semble faire courir le risque d’une fragilisation possible du CHRU de Tours - Jean-Gérard Paumier

Suite à cette réflexion, la directrice du CHRU, Mme Gérain-Breuzard, devait d'ailleurs sensibiliser les élus départementaux à ces  orientations qui, si elles devaient se réaliser, seraient extrêmement pénalisantes, mais elle n'a pu venir à la session en raison d'un RDV avec la ministre de la santé.  En attendant, le Conseil Départemental souhaite rester vigilant pour infléchir éventuellement ces positions afin de maintenir le statut actuel de notre CHRU qui est un des fleurons de notre Touraine.