Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

"Le Samu répond toujours" : le patron du Samu du Puy-de-Dôme réplique à l'enquête du Point

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Agacé par l'article du magazine le Point qui classe les différents Samu de France, Denis Gonzalez, patron du Samu 63 dénonce une enquête volontairement polémique et basée sur des statistiques uniquement déclaratives.

Dr Denis Gonzalez, chef du Samu 63
Dr Denis Gonzalez, chef du Samu 63 © Radio France - Juliette Micheneau

Clermont-Ferrand, France

"100% de décrochés c'est absolument impossible à obtenir", assure Denis Gonzalez. Le patron du Samu du Puy-de-Dôme ne cache pas son agacement face à l'enquête publiée par le magazine le Point qui titre "Quand le 15 ne répond pas". "Le Samu répond toujours. Toujours au premier coup de fil, avec parfois des délais d'attente qui peuvent être effectivement importants" et ce en fonction du moment de l'appel et des personnels présents.

Denis Gonzalez, chef du Samu 63.

Des chiffres déclaratifs

Comment expliquer, alors, qu'un Samu comme celui du Puy-en-Velay affiche un taux d'appels "décrochés" à 100% ? "Les statistiques d'activités sont basées sur des déclarations faites aux Agences régionales de santé. On peut mettre dedans un peu ce qu'on a envie", explique le chef du Samu clermontois. Denis Gonzalez précise qu'à Clermont-Ferrand, qui affiche près de 84% de "décrochés", les chiffres viennent directement du logiciel de régulation. Un logiciel qui équipe également les Samu de l'Allier et du Cantal.

Le médecin précise aussi qu'une réponse rapide, c'est important, "mais il faut voir ce qu'il y a derrière... Est-ce qu'il y a l'envoi d'un moyen, est-ce qu'il y a un conseil de bon aloi ? Ça, ça n'apparaît pas dans ce genre d'étude". En creux, le patron du Samu du Puy-de-Dôme reproche surtout à l'hebdomadaire un article polémique, alors que l'affaire du Samu de Strasbourg est toujours dans les esprits