Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le sarthois Vincent Trély réagit à l'émission Cash Investigation sur les données personnelles de santé

-
Par , France Bleu Maine

Cash Investigation propose une émission ce jeudi soir sur le traçage de nos données personnelles. Des entreprises transmettraient certaines de nos données à des partenaires commerciaux, y compris des données de santé. Le sarthois Vincent Trély spécialiste de la cybercriminalité se veut rassurant.

Utilisation des données personnelles (illustration)
Utilisation des données personnelles (illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Dans ce contexte de crise sanitaire lié au coronavirus, est-ce que nos données médicales sont protégées ?  Une entreprise américaine revend-elle nos données de santé de façon massive et illégale ?  

C'est ce que dénonce le magazine de France 2 Cash investigations, dans un reportage diffusé ce jeudi soir. Le reportage montre du doigt l'entreprise IQViA qui contrôle le service "PharmaStat".

Les deux tiers des pharmacies françaises participent à ce service.

Pour le sarthois Vincent Trély,  président de l'association pour la sécurité des systèmes informatiques, il faut surtout plus d'informations pour les usagers.

Vincent Trély, président de l'association pour la sécurité des systèmes d'information de santé
Vincent Trély, président de l'association pour la sécurité des systèmes d'information de santé © Radio France - Christelle Caillot

La carte vitale n'est pas une carte de fidélité

Normalement, quand on va dans une pharmacie en France pour se faire délivrer un médicament, on devrait légalement être informé du fait que nos données ne vont pas forcément rester dans la pharmacie mais vont partir vers une société qui va centraliser la totalité des données des pharmacies équipées en France. Tout ces données sont ensuite utilisées à des fins statistiques. Pour Vincent Trély, le président de l'association pour la sécurité des systèmes informatiques : "c'est un bon outil pour la gestion des stocks des pharmacies et il peut être utile pour analyser les chiffres en matière de prévention de soins. il se peut par exemple, qu'il y ait une forte consommation de médicaments pour des traitements de cancers dans certaines zones géographiques que ça débouche ensuite sur la création de centres hospitaliers. 

Le problème, c'est que les consommateurs ne sont pas forcément informés tout le temps de l'utilisation de ces données personnelles. 

Par ailleurs, sur la sécurité de la carte vitale, il n'y a pas de risque selon Vincent Trély. C'est surtout la sécurité informatiques des hôpitaux qui est visée par la cybercriminalité.

À réécouter : l'interview de Vincent Trély

À lire aussi : Cybercriminalité : "C'est difficile de convaincre un directeur d'hôpital d'investir"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess