Santé – Sciences

Le second patient greffé du cœur "va bien" et fait du vélo

Par Julie Guesdon, France Bleu lundi 6 avril 2015 à 3:03

Le coeur artificiel de Carmat, ici en essai lors de tests techniques
Le coeur artificiel de Carmat, ici en essai lors de tests techniques © MaxPPP

Plusieurs mois après sa greffe d'un cœur artificiel Carmat, le second patient s'est livré ce dimanche dans un grand entretien au Journal du dimanche. A 69 ans, il s'est 'senti revivre" et affirme aller bien, jusqu'à refaire du vélo.

Il a repris ses habitudes "d'autrefois". Le patient de 69 ans, deuxième à avoir reçu un cœur artificiel Carmat, a confié ce dimanche qu'il va bien et qu'il s'était "senti revivre" dès le jour de l'opération.

D'après son chirurgien, ce patient a même recommencé à faire du vélo. Il avait été opéré le 5 août 2015 et avait pu réintégrer son domicile le 2 janvier dernier.

> A lire aussi : une deuxième greffe de cœur artificiel a eu lieu à Nantes

"Je fais comme autrefois"

Le bon état de santé du second patient greffé est un espoir pour les malades du cœur, alors que le premier cœur Carmat avait été un échec, son porteur, un homme de 76 ans, étant décédé 74 jours après la greffe, début 2014, suite à l'arrêt inopiné de la machine.

> A lire aussi : le premier patient greffé du cœur artificiel Carmat est mort

"Je marche, je me lève et je me penche dix à quinze fois chaque jour, sans problème. Je garde mon équilibre. Je ne suis pas dérangé. Je n'y pense même pas. Je fais comme autrefois" , raconte le deuxième patient, un ancien commercial père de deux enfants et quatre fois grand-père. Le nouveau cœur, qui fonctionne avec des batteries d'approvisionnement, "on arrive à l'oublier facilement" . Toutefois, "il ne faut pas oublier de charger les batteries" , précise le patient. "Pour cela je tiens un tableau dans lequel je note les heures et les changements, pour vérifier qu'elles tiennent comme il faut."

> Infographies : le cœur artificiel, comment ça marche ?

Le professeur Daniel Duveau, le chirurgien qui a réalisé l'opération au CHU de Nantes, a précisé sur BFMTV que le patient pratiquait même le vélo depuis son retour chez lui et non plus seulement le vélo d'appartement comme il faisait à l'hôpital après l'intervention.

"Cela a été une grande surprise pour nous. Nous lui avions bien sûr prescrit de faire du vélo d'appartement pour sa rééducation" , a confié le chirurgien à la chaîne de télévision. Il rapporte que lors d'une visite, le greffé a dit aux médecins interloqués "Vous dites 'vélo d'appartement ?' Non, je fais du vrai vélo ! Mais je fais attention dans les côtes".

La prothèse en première phase d'homologation

Le président de Carmat, la société qui a conçu et développé le cœur artificiel implantable, Jean-Claude Cadudal avait confié en février son "besoin d'avoir plusieurs patients implantés" pour disposer de données valables sur le plan statistique mais n'a pas voulu révélé si d'autres interventions avaient été menées depuis les deux premières opérations rendues publiques.

Le cœur Carmat est actuellement dans la première des deux phases d'essais cliniques prévues avant une homologation et commercialisation de l'appareil dans l'Union européenne. Cette première phase prévoit l'implantation sur un total de quatre patients afin de "tester la sécurité de la prothèse" et évaluer la survie des malades. Les personnes implantées sont tous des malades du cœur en phase terminale de leur maladie. La deuxième phase prévoit l'implantation du cœur artificiel sur "une vingtaine patients" pour examiner en plus de la survie "des aspects plus qualitatifs d'efficacité ", de "qualité de vie" et de "confort du patient" , selon cette société française cotée à la bourse de Paris.