Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le service des urgences de Saint-Vallier se réorganise

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

A l'occasion des vœux 2019 des Hôpitaux Drôme Nord, Jean-Pierre Coulier, leur directeur a dressé un bilan de l'année 2018 et évoqué les perspectives de l'année 2019 pour le groupement hospitalier. Depuis cet été, le service des urgences de Saint-Vallier est fermé la nuit, cela ne changera pas.

A l'occasion des voeux 2019, Jean-Pierre Coulier, directeur des Hôpitaux Drôme Nord, a remis des médailles et coffrets à des employés.
A l'occasion des voeux 2019, Jean-Pierre Coulier, directeur des Hôpitaux Drôme Nord, a remis des médailles et coffrets à des employés. © Radio France

Saint-Vallier, France

Depuis le 27 août 2018, le service des urgences de Saint-Vallier est fermé la nuit. L'hôpital n'a pas trouvé de médecins urgentistes en remplacement. Dans les mois à venir, le mode de prise en charge des urgences va évoluer. 

Jean-Pierre Coulier, directeur des Hôpitaux Drôme Nord dresse un bilan de l'année 2018 aux côtés de Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans, et Pierre Jouvet, président de la communautés de communes Porte de DromArdèche.  - Radio France
Jean-Pierre Coulier, directeur des Hôpitaux Drôme Nord dresse un bilan de l'année 2018 aux côtés de Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans, et Pierre Jouvet, président de la communautés de communes Porte de DromArdèche. © Radio France

D'après Jean-Pierre Coulier, la fermeture du service la nuit n'a pas posé de problèmes, "les urgences vitales sont réorientées avec le SMUR vers les plateaux techniques de Romans, Annonay, Valence voire de Lyon. En moyenne, le service réoriente 5 à 6 personnes par nuit." Au total, à l'année, 1800 personnes sont donc réorientées vers ces hôpitaux. 

Selon les chiffres du directeur des Hôpitaux Drôme Nord, 16 000 personnes sont reçues aux urgences de Saint-Vallier par an, "cette portion de personnes réorientées est donc faible". 

Une prise en charge similaire au service de Romans

Par an, 37 000 personnes se présentent aux urgences de Romans. Dans les mois à venir, le service de Saint-Vallier prendra en charge les patients avec le même mode de fonctionnement qu'à Romans, "il y a une filière courte des urgences, on y prend en charge les consultations non programmées qui pourraient être prises en ville. On sépare les flux. C'est-à-dire que les urgentistes sont faits pour prendre en charge les urgences notables. Ce qu'on appelle les consultations non-programmées, les consultations médicales devraient être prise en charge sous une autre forme en proximité." 

Un rapprochement avec les médecins libéraux a donc été initié afin de réorienter les patients venus pour des consultations médicales et non des "urgences réelles". 

"On sent bien que la volonté est de faire disparaître le service des urgences de Saint-Vallier dans son fonctionnement actuel"

Pour Thierry Giraud, délégué CGT de l'hôpital de Saint-Vallier, c'est un non-sens. "Nombre de patients viennent aux urgences parce que justement ils sont au bout de ce qu'ils ont pu attendre faute d'avoir eu un rendez-vous avec leur médecin traitant, regrette-t-il. C'est un enfumage, on sent bien que la volonté est de faire disparaître le service des urgences de Saint-Vallier dans son fonctionnement actuel parce qu'on y met pas les moyens." 

En 2018, le service hospitalier de Saint-Vallier a enregistré 1% supplémentaires d'entrées, soit 36 000 entrées au total.