Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le sport sur ordonnance : peu de succès sur le Territoire de Belfort

samedi 27 octobre 2018 à 19:01 Par Mélanie Kuszelewicz, France Bleu Belfort-Montbéliard

Un guide vient d'être publié par la Haute autorité de santé. Il est destiné à aider les médecins traitants à prescrire du sport sur ordonnance. Mais ce dispositif peine à séduire les généralistes sur le Territoire de Belfort.

L'Organisation mondiale de la Santé recommande 30 minutes d'activité modérée cinq fois par semaine.
L'Organisation mondiale de la Santé recommande 30 minutes d'activité modérée cinq fois par semaine. © Maxppp - Simon Daval

Belfort, France

Mercredi 17 octobre, la Haute Autorité de la santé a publié un guide pour faciliter la prescription de sport sur ordonnance. Il s'adresse aux médecins généralistes qui sont autorisés à prescrire des séances d'activités physiques pour des patients souffrant de maladies chroniques depuis 2016. Six maladies chroniques sont concernées : obésité, diabète, hypertension artérielle, bronchopneumopathie chronique obstructive, maladie coronaire stable et accidents vasculaires cérébraux. 

Le problème :  très peu de médecins voire quasiment aucun sur le Territoire de Belfort n'ont recours à ces ordonnances. Selon Frédérique Nassoy-Stehlin, présidente du conseil départementale du Territoire de Belfort de l'ordre des médecins "il manque un parcours fléché bien identifié à la fois pour les médecins et les patients" affirme-t-elle. 

Le sport est un médicament

Le sport permet pourtant parfois d'éviter le recours aux médicaments comme l'explique Pierre Bobey, médecin généraliste à Menoncourt :  "Pour certain type de diabète le sport est plus efficace que les médicaments et il coûte moins cher". Mais actuellement le remboursement n'est pas pris en charge par la sécurité sociale et les médecins ne savent vers quel organisme ou associations orienter leur patients. Dans la région, il existe pourtant le réseau Sport Santé Bourgogne Franche-Comté basé à Besançon. Il propose des remboursements partiels d'abonnements pour le sport adapté et oriente patients et médecins. 

La ville de Strasbourg est pilote sur le sport sur ordonnance. Depuis 2012, 350 généralistes prescrivent une activité physique à 2500 patients grâce à un réseau d'associations, d'éducateurs du sport, kiné,... C'est gratuit la première année et des prix "solidaires" sont fixés les deux années suivantes pour personnes souffrant de diabète, obésité, cancers du sein ou côlon, hypertension, maladie cardiovasculaire, sida et pour les personnes fragilisées.