Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le pourquoi du comment

Le sport sur ordonnance : un démarrage poussif dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Depuis maintenant deux ans, les médecins peuvent prescrire du sport sur ordonnance, une démarche qui peine à décoller dans l'Yonne.

Le sport sur ordonnance est réservé en France aux 10 millions de patients qui souffrent d'une affection longue durée. Photo d'illustration
Le sport sur ordonnance est réservé en France aux 10 millions de patients qui souffrent d'une affection longue durée. Photo d'illustration © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Le sport sur ordonnance, ça concerne qui exactement ?

Ce sport sur ordonnance s'adresse aux personnes qui souffrent d'affection de longue durée. Elles sont environ dix millions en France. Trente maladie ou troubles sont répertoriés par l'Assurance Maladie, du diabète à la maladie d’Alzheimer, en passant par l'insuffisance cardiaque grave, les suites d'une transplantation d'organes ou une tumeur maligne. Les soins pour ces pathologies de longue durée sont remboursés à 100% par la sécurité sociale, mais pas ces séances de sports. Quelques mutuelles cependant s'y sont mises, certaines régions aussi soutiennent financièrement ces initiatives ou aiguillent les patients. C'est le cas dans la région du réseau "Sport Santé Bourgogne Franche Comté".

Le "Pourquoi du Comment" version radio, bientôt remboursé par la sécurité sociale?

L'INSERM conseille que l’activité physique soit prescrite avant tout médicament dans les cas de dépression légère ou d'obésité. Photo d'illustration - Maxppp
L'INSERM conseille que l’activité physique soit prescrite avant tout médicament dans les cas de dépression légère ou d'obésité. Photo d'illustration © Maxppp - Leyla Vidal

Pourquoi le fonctionnement du sport sur ordonnance laisse-t-il encore à désirer ?

D’abord parce qu'il n'est pas remboursé. Sans prise en charge, l'activité physique prescrite fait figure d'accessoire, de traitement de confort. Ensuite l'information des patients et des médecins est insuffisante. Dans notre région par exemple, il existe un parcours d'accompagnement sportif pour la santé, qui propose à chaque patient une pratique adaptée à sa pathologie. 

Malheureusement, l'Yonne est le seul département de Bourgogne Franche Comté à ne pas être intégré à ce parcours pour le moment. Une lacune qui devrait être comblé cette année avec des initiatives comme celle de l'élan Sens-Paron basket qui créera une section basket santé à la rentrée prochaine.

S'il y a aussi peu d'efforts pour le sport sur ordonnance, n'est-ce pas tout simplement parce que c'est un gadget ?

Faire du sport, bouger c'est le meilleurs moyen de préserver son capital santé. On ne va pas énumérer les bénéfices d'une activité physique régulière pour le cœur, la tension, le capital musculaire...  Ce mois-ci encore,  l'INSERM, (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale), recommande d'intégrer l'activité physique au parcours de soin de toutes les maladies chroniques en l'adaptant bien entendu aux pathologies. Selon ces experts, l’activité physique devrait même être prescrite avant tout médicament dans les cas de dépression légère ou modérée, de diabète de type 2, ou d'obésité.

Alors non le sport n'est pas un gadget, d'ailleurs l’INSERM préconise que la prescription de l'activité physique devienne un module obligatoire dans la formation des étudiants en médecine. Cet enseignement n'est qu'une option pour le moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu