Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le suicide chez les jeunes : point noir dans les Pays de la Loire

-
Par , France Bleu Loire Océan
Nantes, France

L'Agence Régionale de Santé vient de le publier les grands chiffres de la Santé dans les Pays de la Loire. La très mauvaise nouvelle concerne le suicide chez les jeunes. La surmortalité est supérieure de près de 50% par rapport à la moyenne nationale.

Suicide chez les jeunes : dans les Pays de la Loire la surmortalité est supérieure de 50% par rapport à la moyenne nationale (photo d'illustration).
Suicide chez les jeunes : dans les Pays de la Loire la surmortalité est supérieure de 50% par rapport à la moyenne nationale (photo d'illustration). © Maxppp -

Les suicides chez les jeunes sont anormalement élevés dans la région : la surmortalité est supérieure de 50% par rapport à la moyenne nationale (chiffre ARS). Un chiffre difficile à expliquer pour le docteur Rachel Bocher. Elle est psychiatre, chef de service au CHU de Nantes.

On a du mal à trouver la cause. C'est pluri-factoriel. La question des (produits) toxiques et de l'alcool n'est pas neutre puisque dans le cas du suicide ce sont des facilitateurs."

Le docteur Rachel Bocher dirige l'unité ESPACE du CHU de Nantes qui accueille chaque année des 15-35 ans suicidaires et elle prévient :

Le jeune qui fait une tentative de suicide ce n'est pas pour mourir, c'est pour avoir une autre vie. Et malheureusement quelquefois il se suicide réellement."

Ne pas minimiser les tentatives de suicide

La psychiatre met en garde aussi contre l'envie de minimiser les tentatives de suicide. Elle entend parfois dire "ce n'est pas grave il a juste pris trois comprimés, ce n'est pas grave il s'est juste entaillé le poignet" .

Toute tentative de suicide doit être prise en charge. Même si elle paraît banale. Car il y a un risque à 50% d'une seconde tentative de suicide dans les trois à quatre mois."

L'unité SPACE du CHU de Nantes propose des consultations et des hospitalisations. Elle accueille chaque année 400 patients et possède 12 lits. Son numéro de téléphone : 02.40.84.62.98

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu