Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Infographie: le taux d'incidence du coronavirus a baissé de 26% en une semaine dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie

Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de personnes touchées par le coronavirus, est de 350 cas pour 100.000 habitants. Il était de 478 une semaine plus tôt. "Mais ça ne règle pas le problème de la tension à l'hôpital", selon le professeur Maxime Gignon, épidémiologiste au CHU d'Amiens.

La situation reste tendue au CHU d'Amiens
La situation reste tendue au CHU d'Amiens © Radio France - Annaig Haute

A l'heure actuelle, le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de personnes touchées par le coronavirus, est de 350 cas pour 100.000 habitants. Il était de 478 une semaine plus tôt. Il a donc baissé de 26% en une semaine. Est ce qu'on peut dire que le confinement a un effet positif dans le département de la Somme? 

"J'espère. Le taux d'incidence est un indicateur parmi d'autres qui nous servent à suivre l'épidémie. Donc, il a baissé, c'est vrai. Il y a une semaine, juste avant, on a eu un jour férié. Donc ça a fait beaucoup bouger les chiffres, donc on les interprète avec beaucoup de prudence. Mais en effet, il a l'air de baisser, donc c'est une bonne chose. Mais ça ne règle pas le problème de la tension à l'hôpital", précise le professeur Maxime Gignon. 

"Elle reste extrêmement élevée depuis maintenant trois semaines. Ça n'a pas du tout bougé. C'est normal. C'est tout à fait compréhensible. Il faut un délai entre les mesures de restriction comme ça a été mis en place il y a trois semaines et  la baisse des taux d'entrée à l'hôpital. Hier au CHU, il nous restait une seule place de réanimation sur les 85 que l'on a déployées et on avait encore sept nouvelles entrées sur les 24 dernières heures. Donc on voit qu'il y a encore une tension et de nombreux patients qui arrivent à l'hôpital encore actuellement. Donc, on espère que l'incidence qui baisse, qui tend à baisser actuellement, va dans quelques jours se traduire par un relâchement sur l'hôpital."

Le professeur Maxime Gignon, épidémiologiste et responsable prévention et risque au CHU d'Amiens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess