Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le taux d'incidence est en légère décroissance mais la situation est toujours très préoccupante en Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

L'épidémie amorce une lente décrue mais la situation reste très préoccupante en Sarthe. 27 malades du coronavirus sont hospitalisés en réanimation, un triste record pour le département.

En Sarthe, la situation épidémique reste encore très préoccupante. 27 malades du Covid sont en réanimation, un triste record (photo d'illustration)
En Sarthe, la situation épidémique reste encore très préoccupante. 27 malades du Covid sont en réanimation, un triste record (photo d'illustration) © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

"Le pic de la troisième vague semble derrière nous", a déclaré le Premier ministre Jean Castex lors de sa conférence de presse sur la situation épidémique. Une tendance qui se confirme en région Pays de la Loire, selon l'Agence régionale de santé (ARS). Les indicateurs sont à la baisse. Néanmoins, la décrue de l'épidémie est plus lente que lors de la deuxième vague, certainement à cause des variants. Le variant anglais représente désormais presque 90% des contaminations dans la région. 

Des chiffres épidémiques à la baisse mais la situation de la Sarthe reste encore très préoccupante. Le taux d'incidence est de 448 cas de Covid positifs pour 100.000 habitants, soit 159 points de plus que la moyenne régionale. 

27 malades en réanimation, vers de nouvelles déprogrammations ?

27 malades du coronavirus sont hospitalisés en réanimation au Mans. Un niveau record depuis le début de la pandémie. "Aujourd'hui, j'ai demandé à chaque établissement de santé public et privé de déprogrammer au moins 20% de leurs activités opératoires sans mettre en risque les urgences vitales ou des pathologies chroniques les plus sévères, notamment celles liées au cancer. Nous pourrions être amenés à déprogrammer un peu plus encore", indique Jean-Jacques Coiplet, le directeur général de l'Agence régionale de santé des Pays de la Loire. Si la situation perdure, les hôpitaux privés seront appelés en renforts (transferts, mises à disposition de personnel).

Le centre hospitalier du Mans restera en tension pendant encore dix à quinze jours minimum, puisqu'il y a un décalage entre le moment de la contamination et le moment de l'hospitalisation. "Il faut savoir que statistiquement _15% des personnes contaminées seront hospitalisées et 5% se retrouveront en réanimation_", déclarait la semaine dernière Stéphan Domingo, le directeur départemental de l'Agence régionale de santé en Sarthe. 

Comment expliquer la circulation du virus en Sarthe ? 

Jean-Jacques Coiplet estime que les Sarthois ne sont pas moins bons élèves quant au respect des gestes barrière. Selon le directeur régional de l'ARS en région Pays de la Loire, la principale explication réside dans le fait que le département est proche de régions plus touchées comme l'Ile-de-France. "C'est comme une tâche d'huile et cette tâche d'huile va d'est en ouest. On constate que l''Eure a été touché, puis l'Orne et la Sarthe. Ce qui peut jouer également, on le voit dans toute la France, c'est le gradient social. Or, c'est vrai qu'en Sarthe nous avons des populations défavorisées qui peuvent être en nombre un peu plus important. Lorsque nous avons des conditions de logement plus difficiles, il est aussi plus difficile de s'isoler. Mais ces éléments sont moins importants que la proximité avec des territoires plus atteints et en particulier toute cette vague qui descend du nord de la France, en passant par la région parisienne".

La Sarthe est également l'un des départements qui compte le moins de vaccinés, mais il ne peut pas y avoir de lien avec le taux d'incidence à ce stade de la campagne de vaccination, selon l'Agence régionale de santé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess