Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le tigre du platane, la bêbête qui gratte en Île-de-France

-
Par , France Bleu Paris

Ce n’est pas un petit nouveau mais de nombreux Franciliens le découvrent cette année : le tigre du platane est particulièrement présent ce printemps en Île-de-France. Ce tout petit insecte nous pique sans bruit. Dans les Hauts-de-Seine, des campagnes de traitement sont en cours.

Le tigre du platane mesure 3mm.
Le tigre du platane mesure 3mm. © Maxppp - Christian Watier

Vous faites peut-être partie des malchanceux à la peau tendre qui se font piquer toutes les nuits depuis quelques jours… Vous avez chassé les moustiques partout dans votre appartement sans en trouver un ? Alors vous êtes sûrement victime du tigre du platane ! Ce minuscule insecte de trois millimètres, transparent, légèrement tacheté et très discret ronge les feuilles du platane et à défaut aussi, les humains.

Printemps pluvieux, élagages, le tigre du platane semble particulièrement présent cette année en Île-de-France. Notamment dans les Hauts-de-Seine qui ont historiquement planté de nombreux platanes aux bords de ses boulevards.

Reportage dans les Hauts-de-Seine, particulièrement touchés par le tigre du platane.

"Hello à tous, depuis le retour des beaux jours j’ai comme des toutes petites piqûres d’insecte par-ci par-là…mais qui démangent de manière intense. D’autres dans ce cas ?", demande un internaute sur le groupe Facebook d’entraide "In Boulogne we trust". 

Dix-huit membres lui répondent : c’est le tigre du platane ! Il semble sévir particulièrement fort cette année, car si beaucoup le découvrent, il n’est pas arrivé hier en Île-de-France. "C’est un insecte arrivé d’Amérique du Nord dans les années 1965", explique ainsi Julien Sénéchal, technicien au service des espaces verts à la mairie de Neuilly-sur-Seine et responsable du patrimoine arboré de la ville. 

"Bonjour à tous, si vous vous demandez pourquoi vous avez plein de petites piqûres qui vous démangent horriblement, il se peut que ça ne soit pas des moustiques mais …. Des tigres du platane", prévient aussi une autre internaute un peu plus bas sur la page. Sous son intervention, 32 commentaires de voisins qui comprennent mieux ce qui leur arrive depuis plusieurs nuits. "J’ai vraiment cru que j’avais des puces de lit", souffle l’un d’entre eux, rassuré. "Oui moi aussi, c’est horrible et ça gratte trop", confirme une autre. 

Des campagnes de traitement des platanes

Si elle est désagréable, la petite bête n'est pas dangereuse, rassure Julien Sénéchal. "Il ne faut pas s’en inquiéter, le tigre du platane n’est pas dangereux pour l’homme ou l’animal. Il faut savoir aussi qu’il a besoin du platane pour vivre. Le tigre peut rentrer dans les habitations mais ne s’y installera pas." 

Pour limiter la gêne aux riverains et aux arbres dévorés, les collectivités s’organisent. Chaque année au début du printemps, la mairie de Neuilly-sur-Seine traite les nombreux platanes qui bordent ses boulevards. "C’est un traitement naturel par pulvérisation, explique le spécialise, de nuit avec des nematodes, des verres microscopiques qui tuent le tigre en parasitant son système digestif." Il faut deux campagnes de pulvérisation dans le printemps et l’été pour en venir à bout.

Les Hauts-de-Seine particulièrement concernés ?

Autre solution mais qui prendra plus de temps : diversifier les essences pour diversifier les nuisances. Historiquement, le platane est très présent dans les Hauts-de-Seine. "Il a été choisi pour border les routes qui menaient à Versailles et son château, raconte encore Julien Sénéchal. C’était une essence exotique, considérée comme luxueuse qui démarquait visuellement la "ville" de la campagne où l’on trouve plutôt des ormes."

Problème qui aggrave le phénomène aussi cette année : les conditions climatiques. "Le printemps a été très pluvieux, les platanes ont fait de jeunes pousses très sucrées, très attirantes pour les tigres du platane, ce qui explique la surpopulation observée cette année."

De même, les campagnes d’élagage sont un risque de développer les tigres du platane. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess