Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le traitement contre le Covid 19 de l'Institut Pasteur de Lille avance à grands pas

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

L'institut Pasteur de Lille est quasiment prêt à passer à la phase de tests sur des malades du coronavirus : il ne manque que l'aval des autorités de santé pour commencer les essais, dès février. Ce traitement éviterait de développer des formes graves du Covid.

L'institut lillois est prêt à passer aux tests sur des malades du coronavirus volontaires.
L'institut lillois est prêt à passer aux tests sur des malades du coronavirus volontaires. © Radio France - Odile Senellart

"Objectif : gros rhume et pas plus." Voilà le but poursuivi par les chercheurs de l'institut Pasteur de Lille. Développer un traitement contre le coronavirus, qui éviterait de développer des formes graves de la maladie. Le centre de recherche lillois approche de ce but en ce début d'année explique Xavier Nassir, le directeur général :"dans les prochains jour" il va demander le feu vert aux autorités de santé pour débuter les tests sur les patients. L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et le comité éthique pourraient se prononcer rapidement et permettre un début des essais cliniques dès le mois de février. 

L'Institut Pasteur très optimiste

Ce médicament, qu'on prendrait en cachet à avaler ou en suppositoire, est issu d'une molécule déjà connue : elle a été utilisée pendant "des dizaines d'années en France" continue le professeur, avant d'être jugée manquant d'efficacité à une époque où on déremboursait les médicaments. Les effets secondaires et les possibles complications sont donc connues et ne constitueraient pas d'obstacles selon le patron de l'Institut Pasteur. 

Xavier Nassif, le directeur de l'Institut Pasteur de Lille, sur ce potentiel traitement contre le coronavirus.

Si tout se passe bien, les tests en double aveugle sur des malades volontaires du coronavirus débuteraient en février, et en l'absence de complications, les résultats pourraient tomber dès la fin mai. "En gros on est quand même très confiant sur l'efficacité de la molécule" sourit Xavier Nassir.

Les travaux sont financés grâce au don de 5 millions d'euros fait au début de l'automne par LVMH.

Le reportage de Louise Thomann

Choix de la station

À venir dansDanssecondess