Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le vaccin d'AstraZeneca boudé par les Provençaux ?

-
Par , France Bleu Provence

Faute de candidats, des pharmacies provençales ont de plus en plus de difficultés à écouler leurs flacons d'AstraZeneca qui doivent être rapidement injectés après ouverture. Au point que certaines doses seraient gaspillées.

De nombreuses pharmacies doivent chercher des volontaires sur leur liste d'attente pour éviter le gaspillage des doses (image d'illustration).
De nombreuses pharmacies doivent chercher des volontaires sur leur liste d'attente pour éviter le gaspillage des doses (image d'illustration). © Maxppp - © Alexandre Marchi

La méfiance envers le vaccin d'AstraZeneca se constate dans les frigos des pharmacies. Les flacons du laboratoire suédo-britannique y séjournent beaucoup plus longtemps. En effet, certaines officines sont confrontées à des désistements. Les candidats sont moins nombreux. Ou alors, il n'y en n'a pas assez au moment d'écouler un flacon.

C'est bien simple. Un flacon contient 10 doses (11 au mieux, selon les techniques de prélèvement). Après ouverture, elles doivent être rapidement injectées. S'il n'y a pas assez de personnes à vacciner... c'est autant de quantité de produit perdu. "Plusieurs fois, on est passé à un cheveu du gâchis", explique Marc Louvier qui travaille à la pharmacie "Le Bel Ormeau", à Aix-en-Provence.

Interview de Marc Louvier de la pharmacie "Le Bel Ormeau" à Aix-en-Provence.

Pour éviter de "jeter" les doses, le pharmacien a donc dû batailler pour trouver des personnes en âge de se faire vacciner et prêtes à franchir le pas : "Parfois, on passe des journées à trouver des volontaires sur nos listes d'attentes."

La suspension temporaire de l'utilisation du vaccin AstraZeneca décidée, mi-mars, par Emmanuel Macron, a sans doute définitivement dissuadé toutes celles et ceux qui hésitaient.

Et le fait que l'Agence européenne des médicaments ait confirmé le lien entre le vaccin d'AstraZeneca et l'apparition de thromboses, dans de rares cas, n'a dû rien arranger.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess