Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le variant britannique détecté dans 14% des tests positifs analysés en Île-de-France

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

C'est une information France Bleu Paris. D'après le laboratoire qui traque les variants du coronavirus en France, "le virus circule à un taux supérieur à celui qui était connu jusqu'à présent". Le variant britannique a été détecté dans 14% des tests positifs au Covid-19 en Ile-de-France.

Test PCR Covid en laboratoire (image d'illustration).
Test PCR Covid en laboratoire (image d'illustration). © Radio France - Benjamin Fontaine

Le laboratoire Eurofins Biomnis d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) centralise les prélèvements testés positifs au Covid-19 et tente d'y détecter la présence des variants anglais, sud-africain et brésilien du virus. Ce kit, dit de criblage, est utilisé depuis samedi 23 janvier, et a déjà permis d'alerter sur la circulation du variant britannique en Ile-de-France, qui concerne 14% des tests positifs, selon François Cornu, directeur général d'Eurofins Biomnis. 

France Bleu Paris : Avez-vous la garantie que le variant circule activement ?

François Cornu : "Oui, nous disposons d'une solution qui permet de cribler directement et spécifiquement le variant anglais. Il est bien présent. Nous disposons de ce nouveau kit depuis la fin de semaine dernière et aujourd'hui, nous testons tous les échantillons positifs testés en première intention avec ce criblage. Nous constatons aujourd'hui que le virus circule à un taux supérieur à celui qui était connu jusqu'à présent, surtout dans certaines régions, comme l'Île-de-France. Et aujourd'hui, je peux vous dire que nous sommes sur un taux de circulation de 14 % en Île-de-France sur un échantillon quand même très significatif. Une nouvelle enquête flash est organisée ce mercredi à l'échelle nationale, elle donnera une vision globale de la circulation de ce variant."

Comment vous préparez-vous à l'éventuelle découverte de nouveaux variants ? 

François Cornu : "La mutation fait partie de l'historie naturelle d'un virus. Les variants qui inquiètent en ce moment sont au nombre de trois : l'Anglais, par sa diffusion, le Sud-Africain, qui est déjà présent en France et dont on note une circulation qui ne devrait pas excéder 2 % pour l'instant, et le variant brésilien pour lequel il n'est pas encore identifié de cas sur le sol français. Mais le mouvement des personnes fait que, probablement, il finira par arriver. Nous travaillons déjà à des solutions qui seront disponibles d'ici le mois de février pour tester l'apparition de nouveaux variants. Et le variant californien est un sujet d'inquiétude. Il n'est pas encore en France, mais par mesure d'anticipation, nous nous mettons en situation de pouvoir détecter."

Une fois les résultats publiés, êtes-vous consulté par les autorités de santé sur la marche à suivre ? 

François Cornu : "Nous avons eu hier l'occasion de transmettre directement à l'Agence régionale de santé et à la Caisse primaire d'assurance maladie des résultats qui étaient particulièrement inquiétants et qui nécessitaient une prise en charge immédiate. Mais nous réalisons uniquement un diagnostic, puis les autorités exploitent nos données. La technique de criblage est entrée en vigueur ce week-end.  C'est une avancée très forte et un avantage par rapport à d'autres pays pour maîtriser cette circulation et avoir une idée très précise du type de souches variantes qui circulent. Gageons que cela permette de limiter et de maîtriser cette diffusion du virus si inquiétante."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess