Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

mardi 9 janvier 2018 à 14:47 - Mis à jour le mardi 9 janvier 2018 à 19:29 Par Marina Cabiten et Germain Arrigoni, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Mayenne, France Bleu Nord et France Bleu

L'enseigne Leclerc a reconnu mardi avoir vendu des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel du 21 décembre dans certains de ses magasins. Michel-Edouard Leclerc, le patron du groupe, a dit "assumer cette faille".

Des produits Lactalis ont été vendus par Leclerc, alors que l'enseigne était informée du rappel des produits potentiellement contaminés.
Des produits Lactalis ont été vendus par Leclerc, alors que l'enseigne était informée du rappel des produits potentiellement contaminés. © Maxppp -

Le mea culpa de Leclerc dans l'affaire Lactalis. Mardi, le premier groupe français de grande distribution a reconnu avoir vendu des produits Lactalis fin décembre, alors que l'industriel avait déjà lancé son rappel en raison de la présence de salmonelles détectée

Pas d'information sur les magasins concernés

"Il apparaît que 984 produits ont malgré tout été vendus après le rappel dans plusieurs magasins", indique le distributeur dans un communiqué, sans localiser les points de vente concernés. E.Leclerc explique avoir constaté le problème après avoir procédé à un audit, après un cas identifié dans le magasin E.Leclerc de Seclin (Nord). 

Le distributeur affirme avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits et "les directions des magasins les contactent actuellement individuellement". Un numéro vert (01.71.53.51.20) a été ouvert. 

Le patron du groupe "assume cette faille"

"Clairement, on a eu une faille surtout au niveau des magasins. Moi-même j'étais atterré, je pensais que tout était nickel", a réagi Michel-Edouard Leclerc, le patron du groupe, sur France Inter, qui indique "assumer" cette faille.

Selon Michel-Edouard Leclerc, "782 clients étaient potentiellement détenteurs de boîte. Tous les clients ont été identifiés, plus de la moitié ont déjà été contactés".Le patron du groupe E. Leclerc indique avoir "bon espoir" que "tout soit rentré dans l'ordre" d'ici mercredi soir ou jeudi matin au plus tard. 

Pour expliquer cette faille, Michel-Edouard Leclerc explique que "dans l'affaire Lactalis, il y a eu des informations concernant des numéros de lots, des codes informatiques. Chaque nouvelle info annulait la précédente, il y a eu une saturation dans la gestion de notre système, c'est vraiment une faille chez nous. C'est suite à des retours de clients, notamment à Seclin dans les Hauts-de-France, que du coup j'ai demandé, en mode panique, un audit, un état des lieux de tout ce qu'on pouvait trouver en magasins". 

35 nourrissons atteints recensés

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles produits dans son usine de Craon (Mayenne) depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles. 

Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon.