Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : le sport en plein air désormais interdit dans 6 départements sur 8 en Ile-de-France

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris

Après Paris, quatre autres départements franciliens interdisent les activités sportives dans la journée : Les Yvelines, Hauts de Seine, Val d'Oise, Seine et Marne et Val de Marne.

Les sportifs devront prendre leur mal en patience.
Les sportifs devront prendre leur mal en patience. © Maxppp - Bruno Levesque

Ce sont désormais 6 départements sur 8 qui interdisent désormais la pratique de toute activité sportive entre 10h et 19h.

La décision, initiée mardi matin par la ville de Paris, a fait des émules : quelques heures après l'annonce de l'équipe d'Anne Hidalgo, 5 des 7 départements voisins (Val-de-Marne, Val-d'Oise, Seine-et-Marne, Yvelines et Hauts-de-Seine) ont publié le même arrêté préfectoral, en interdisant le sport en journée.

Ces restrictions entrent en vigueur ce mercredi.

Elles sont la conséquence d'un relâchement observé le week-end dernier, durant lequel de nombreux joggeurs, cyclistes et promeneurs, profitant du beau temps, étaient de sorti.

Les contrevenants risquent une amende de 135 euros.

A ce stade, en Ile-de-France, seuls les départements de Seine-Saint-Denis et de l'Essonne, n'ont pas pris ce type d'arrêtés.

Respecter le confinement 

"Le contexte actuel ne doit cependant pas favoriser un relâchement _des mesures de confinement. Rester chez soi reste la réponse collective pour aider au mieux les personnels soignants dans leur combat auprès des malade_s", se justifie ainsi la préfecture du Val-de-Marne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess