Santé – Sciences

Les assises européennes du sport sur ordonnance à Strasbourg

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 15 octobre 2015 à 9:12

Le tai chi est l'un des sports proposés aux malades du cancer.
Le tai chi est l'un des sports proposés aux malades du cancer. © Maxppp

Un millier de patients ont bénéficié dans l'Eurométropole de cours de sport sur ordonnance depuis 2012. Les assises du sport sur ordonnance sont organisées à Strasbourg ces mercredi et jeudi.

180 médecins prescrivent aujourd'hui du sport sur ordonnance dans l'Eurométropole. Un dispositif lancé en 2012 à Strasbourg, qui était alors une ville pionnière en la matière. Et ce n'est pas la sécu qui finance ces cours précise Alexandre Feltz, adjoint au maire de Strasbourg. "Les acteurs locaux de l'état se regroupent pour le financement, comme la direction de la jeunesse et des sports, l'agence régionale de la santé, soutenus aussi par le régime locale d'assurance maladie et les collectivités."

"Le lien avec le médecin permet au patient de ne pas décrocher."


Avec quels résultat? Aujourd'hui un millier de patients ont bénéficié du dispositif à Strasbourg et ses environs. "Ca permet à des gens seuls parce qu'ils sont en arrêt de travail de sortir de chez eux, de recréer du lien social", explique Alexandre Feltz. "Certains peuvent prendre moins de médicaments, faire baisser leur tension." 

Le sport aide à mieux supporter une chimio."

Des effets positifs constatés aussi chez les malades d'un cancer. L'association "l'Alsace contre le cancer" participe donc financièrement à ces soins de support, qui "permettent de mieux combattre la maladie", souligne Pierre-Alain Mendler, le président de l'association qui a débloqué des fonds pour des cours de taï chi, ou encore pour des vélos installés au centre d'adaptation du sport de la Robertsau. "Les médecins comme les malades disent que le sport aide à mieux supporter une chimio. Quand on se sent bien dans son corps, on se sent bien dans sa tête, c'est un plus pour lutter contre la maladie."

Pierrre-Alain Mendler: "Tous les malades peuvent faire du sport."

Face à la demande croissante de la part des médecins et des patients, un module spécifique a été mis en place à la fac de sport, "pour que les éducateurs aient la capacité de faire bouger les malades. L'évolution devrait passer par la loi, un amendement a été déposé, et Strasbourg y est nommé", précise Alexandre Feltz.

Autant de sujets débattus lors des assises européennes du sport sur ordonnance organisées ces mercredi et jeudi à Strasbourg.