Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les autorités appellent à reprendre d'urgence les vaccinations interrompues durant le confinement

-
Par , France Bleu

La Haute autorité de Santé (HAS) appelle ce mardi à reprendre les vaccinations interrompues avec l'épidémie de Covid-19 et le confinement. Les nourrissons mais aussi les adultes atteints de maladies chroniques sont concernés.

La Haute autorité de Santé appelle à reprendre les vaccinations, en recul depuis l'épidémie de Covid-19 (illustration).
La Haute autorité de Santé appelle à reprendre les vaccinations, en recul depuis l'épidémie de Covid-19 (illustration). © Maxppp - Christoph Soeder/dpa/picture-alliance/Newscom

C'est l'une des conséquences de la pandémie de Covid-19 et du confinement : le nombre de vaccinations a considérablement chuté depuis mars alerte la Haute autorité de Santé (HAS) qui appelle à un "rattrapage". "Les données publiées régulièrement par l’ANSM et la CNAM dans le cadre de l’étude EPI-PHARE montrent une baisse conséquente du nombre des délivrances de vaccins remboursés en pharmacie", indique l’institution dans un communiqué. D'après le rapport publié vendredi, "il y a eu un effondrement de la consommation sur toute la période initiale du confinement de -35% à -71% pour les vaccins".

44.000 nourrissons pas vaccinés

L'étude "évalue en particulier à 44.000 le nombre de nourrissons âgés de 3 à 18 mois qui n’ont pas reçu de vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B". Selon l'infectiologue Élisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations de la HAS, "le rattrapage qui a lieu à partir du 11 mai (début du déconfinement progressif, ndlr), est insuffisant". "Le déficit reste important pour la rougeole" notamment a-t-elle expliqué à l'AFP, "avec le risque de revoir resurgir des épidémies et de perdre le regain de vaccination qu'on avait semble-t-il réussi à obtenir" contre cette maladie contagieuse. 

"Les adultes qui ont des maladies chroniques, des fragilités particulières", sont aussi concernés a-t-elle insisté. "C'est une double préoccupation" d'autant que les délais sont plus courts pour se refaire vacciner contre le pneumocoque que pour le tétanos, a-t-elle rappelé en conseillant aux personnes à risque de mettre à jour cette vaccination.

Des centaines de milliers de personnes concernées

Selon le rapport Epi-phare, les vaccins non réalisés sur l'ensemble des huit semaines de confinement, et donc à rattraper, concerne 90.000 personnes de tous âges pour les vaccins anti-papillomavirus (HPV), 123.000 pour le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et 450.000 pour les vaccins antitétaniques destinés aux rappels des enfants (hors nourrissons, ndlr), adolescents et adultes. 

La HAS avait préconisé début avril de maintenir l'ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons, celles recommandées au-delà de 2 ans pouvant être différées jusqu'à la levée du confinement. En cas de symptômes de Covid-19, avec test virologique (RT-PCR) positif, le rattrapage vaccinal pourra débuter dès la guérison, après disparition des symptômes (au moins 48h pour la fièvre et d'une éventuelle gêne respiratoire).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess