Santé – Sciences

Les AVC, première cause de handicap en Vaucluse

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse jeudi 29 octobre 2015 à 10:42

Il faut réagir immédiatement après un AVC
Il faut réagir immédiatement après un AVC © Maxppp

Les accidents vasculaires cérébraux représentent la première cause de handicap dans le département du Vaucluse, devant les accidents de la route. Ce chiffre est rappelé ce jeudi, à l'occasion de la journée mondiale d'information sur les AVC. Parce que s'informer, c'est se protéger.

"Le vrai danger ne prévient pas toujours" : c'est le slogan de la journée mondiale contre les accidents vasculaires cérébraux, relayée ce jeudi en Vaucluse.

Les AVC constituent la première cause de handicap dans le département, la deuxième cause de mortalité

Et contrairement à ce qu'on pense, ils ne concernent pas seulement les personnes âgées, ayant trop de cholestérol ou souffrant d'hypertension. Tout le monde peut en être victime. Et dans ce cas-là, le seul réflexe à avoir est de prévenir immédiatement les secours. Car plus on agit vite, plus on a de chance de limiter les séquelles.

Depuis deux ans, l’hôpital d'Avignon est doté d'une unité neuro-vasculaire spécialisée, qui permet de traiter les cas d'AVC sur place, en collaboration avec l'hôpital de la Timone à Marseille.

Viviane Le Guen s'est rendue à l'hôpital d'Avignon

Selon le ministère de la Santé, un Français est victime d'un AVC toutes les quatre minutes. Les signes qui doivent alerter : une paralysie du visage, des troubles de la parole ou l'inertie d'un membre